Huit joueurs de l’édition 2018 sont de retour chez les Aigles ce printemps. L’alignement passera de 22 à 23 joueurs pour les six équipes de la Ligue Can-Am.

Le camp des Aigles commence lundi

Trois-Rivières — Difficile à croire, mais dans deux semaines exactement, les Aigles s’apprêteront bel et bien à recevoir les Capitales de Québec pour leur premier match de la saison. Les joueurs ont d’ailleurs commencé à arriver en ville pour le camp d’entraînement, qui s’amorcera lundi.

En fait, ces premiers Oiseaux sont débarqués en Mauricie au moment où de gros flocons tombaient du ciel. Ils n’en croyaient pas leurs yeux! Particulièrement Levon Washington, un voltigeur de 27 ans originaire de la Floride, à l’instar du gérant des Aigles, T.J. Stanton.

En bon Québécois d’adoption, l’entraîneur a tôt fait de rassurer son nouveau venu, sur lequel reposent les espoirs d’une attaque plus diversifiée cet été, grâce à sa vitesse. «Je lui ai dit que ce n’était que de la pluie gelée, que ce n’était pas de la vraie neige», rigole Stanton, qui demeure dans la région de Québec pendant la saison morte.

Devant lui, le terrain du stade n’a évidemment pas bonne mine. Au début du mois de mars, une course de souffleuses a été organisée par la station de radio 102,3 Énergie. Le reste de la neige a fondu depuis, mais il reste beaucoup de travail à exécuter avant de retrouver des standards qui se rapprochent du baseball professionnel.

«Il nous reste deux grosses semaines. Le climat change rapidement au printemps, je suis confiant de voir une belle surface pour le début de saison.»

Les doigts croisés

Chaque camp d’entraînement amène son lot de questionnement dans le baseball indépendant, en raison du statut de certains joueurs. Et 2019 ne fera pas exception.

Les Aigles, comme les cinq autres clubs de la Ligue Can-Am, sont en attente de livraison de visas pour des joueurs des Antilles et de l’Amérique du Sud. Les dirigeants trifluviens sont donc en attente dans les dossiers d’Alberth Martinez (Venezuela) et des nouveaux venus Jose Santiago (lanceur) et Juan Kelly (premier-but), de la République dominicaine.

«C’est toujours compliqué», se désole Stanton, en ajoutant qu’il ignore si les trois arriveront à temps pour le début de la saison. «Kelly est un frappeur ambidextre, comme Daniel Mateo. Il pourrait devenir un des joueurs les plus talentueux de l’équipe. On se croise les doigts pour eux.»

Plus de responsabilités

Le départ de Matthew Rusch, qui poursuivra sa carrière avec les Cascades de Shawinigan dans le baseball senior québécois, devait ouvrir la porte à un nouvel entraîneur des lanceurs. Au lieu d’engager une troisième tête au sein du personnel, il a plutôt été convenu que ce serait Stanton qui s’occuperait des artilleurs.

Choix des Braves d’Atlanta au repêchage du Baseball majeur en 2002, Stanton, 37 ans, a lancé pendant dix ans dans le baseball indépendant ainsi que dans le système affilié des Angels de Los Angeles. Or, vers la fin de sa carrière à Fargo, il était joueur et conseiller de son gérant pour l’enclos des releveurs. Il demandera à ses lanceurs Kevin McNorton et Chris Murphy de le seconder dans son travail.

«J’ai grandement confiance en eux. Déjà l’an passé, ces deux gars nous aidaient beaucoup pour l’enclos.»

Brennan: pas avant jeudi

Les Aigles commenceront donc leur camp d’entraînement lundi, avant de procéder au dévoilement de l’équipe, deux jours plus tard, au Memphis Cabaret du centre-ville de Trois-Rivières. La plupart des joueurs seront déjà en ville, mais le favori de la foule, Taylor Brennan, devrait arriver le jeudi.

Le roi des circuits (32) de la Can-Am en 2018 travaille dans une académie de baseball de la région de Seattle pendant l’hiver et il avait déjà avisé Stanton qu’il arriverait un peu plus tard que les autres au printemps.

Il s’agira aussi de la première apparition publique officielle de Raphaël Gladu dans son nouvel uniforme. Il sera le seul joueur originaire de Trois-Rivières à défendre les couleurs des Aigles.