Même le circuit de Trevor Gretzky n'a pas été suffisant pour procurer aux Aigles le coussin nécessaire afin d'enlever la possibilité aux Capitales de remonter la pente.

L'art de briser la magie

Les spectateurs réunis au match entre les Aigles et les Capitales ont eu droit à une véritable pièce d'anthologie, mardi soir. Trevor Gretzky a frappé son premier circuit de la saison sous les yeux de papa Wayne qui venait tout juste de faire son entrée dans le stade. Malheureusement, les Aigles ont trouvé le moyen de briser la magie.
En avance 2-0 en quatrième manche, les hommes de T.J. Stanton ont placé deux hommes sur les sentiers à la suite d'une passe gratuite accordée à Javier Herrera et du deuxième coup sûr d'Alexander Ayala.
S'amenant à la plaque alors que son père venait tout juste d'entrer dans le stade, Trevor Gretzky a sauté sur le premier tir qu'il a reçu et sa claque bonne pour trois points a semé l'hystérie dans les gradins.
À 5-0 en début de septième manche, tout semblait indiquer que les Aigles se dirigeaient vers une victoire dont tout le monde allait se rappeler longtemps. Mais, comme ce fut le cas trop souvent cette année, les Oiseaux ont trouvé une façon de perdre grâce à une septième manche atroce et une comédie d'erreurs pour permettre aux Capitales de se sauver avec un gain de 8-5.
La chaîne a débarqué
Matthew Rusch a connu six premières manches presque sans faille, ayant accordé un maigre total de quatre coups sûrs à ses adversaires. Les choses ont cependant tourné au vinaigre pour le droitier en septième et l'avance des Oiseaux a fondu comme neige au soleil.
Le vétéran a accordé quatre simples aux Capitales avant de céder sa place à Ryan Leach, qui n'a pas été en mesure de limiter les dégâts.
Philippe Craig St-Louis a imité ses coéquipiers en plaçant la balle hors de portée de la défense, puis deux erreurs de Carter McEchern et Daniel Mateo ont permis à Québec de créer l'égalité 5-5.
«Tout allait pour le mieux et d'un seul coup la chaîne a déraillé et plus rien ne fonctionnait. C'est dommage car Matthew aurait mérité un meilleur sort», déplorait Stanton.
Si l'instructeur des Aigles parlait d'une manche à oublier pour ses troupiers, le gérant Patrick Scalabrini saluait le travail de ses joueurs qui ont fait preuve de caractère pour revenir dans le match après un début de rencontre à oublier.
«Les gars ont frappé des gros coups sûrs aux bons moments. Nous avons été en mesure de les faire payer sur les erreurs qu'ils ont commises et les buts sur balles accordés. Si on m'avait dit qu'on gagnerait après la sixième manche je n'y aurais pas cru», avouait-il.
La débandade s'est poursuivie en huitième alors que les Aigles ont accordé trois points aux Capitales à la suite de deux autres erreurs d'Ayala et Brenden Webb.
Avec un coussin de trois points en fin de neuvième manche, Nolan Becker a passé deux Oiseaux dans la mitaine pour signer son premier sauvetage de la saison.
La séquence victorieuse des Aigles s'arrête donc à trois matchs. En raison de la défaite des Minors face aux Boulders, les troupiers de T.J. Stanton demeurent à 8,5 matchs d'une place en séries.
Pour le dernier chapitre de cette série, c'est Kurt Heyer qui sera sur le monticule pour les Aigles. Lazaro Blanco sera quant à lui d'office du côté des Capitales.