Les Aigles sont à huit parties au-dessus de la barre des ,500, à la pause du Match des étoiles. Ils n’ont jamais été aussi bien classés depuis leurs débuts dans la Ligue Can-Am en 2013.

La meilleure équipe des Aigles en 7 ans?

ANALYSE / C’est du jamais vu à Trois-Rivières: alors que la mi-saison approche à grands pas avec 46 matchs de disputés sur 96, les Aigles se retrouvent en pleine lutte pour le premier rang de la Ligue Can-Am. C’est d’ailleurs l’objectif que se fixe le gérant T.J. Stanton, convaincu qu’il a entre les mains le meilleur groupe d’athlètes à avoir joué au baseball dans cette ville depuis le retour des pros, en 2013.

Les Aigles surprennent, il n’y a pas de doute. Le magasinage de Stanton au cours de l’hiver a été payant et les renforts, Alberth Martinez et Juan Kelly, sont enfin arrivés au parc de l’Expo. Rarement a-t-on vu les Oiseaux miser sur autant de profondeur, et ce à toutes les positions. Est-ce que le meilleur reste à venir? À la lumière des récentes performances, il est tentant de croire que oui, et ce pour plusieurs raisons.

1. Précieuses victoires sur la route

Facteur important à considérer, l’efficacité de l’équipe sur les terrains adverses. Après avoir amorcé la campagne de façon lamentable aux États-Unis, les Aigles montrent un dossier plus que respectable de ,500 (12-12), loin du Stade de Trois-Rivières.

Il s’agit du deuxième meilleur rendement dans le circuit, derrière les redoutables Miners de Sussex (10-6). Il faut notamment souligner les cinq victoires en sept parties décrochées du côté de Rockland et Ottawa en ce début de mois de juillet, face à deux formations qui se battent avec les Trifluviens pour une place dans le haut du classement... et l’avantage du terrain en séries éliminatoires.

Cette statistique prend de l’ampleur quand on y ajoute la fiche du club devant ses partisans. Le terrain de l’Exposition est devenu une forteresse pour les hommes de Stanton, qui maintiennent une excellente moyenne de ,687 à la maison.

2. Une attaque mieux balancée

Si la tendance se maintient, les Aigles égaleront ou surpasseront légèrement leur nombre de buts sur balles (410), de coups sûrs (825) et de doubles (164) acquis en 2018. Dans ces départements jusqu’à maintenant, les chiffres sont les suivants: 208, 391 et 84.

La différence, c’est qu’il semble y avoir moins de joueurs exposés aux grandes sécheresses au bâton, comme ce fut le cas il y a un an. Qui ne se souvient pas des léthargies de Michael Suchy, Anthony Hermelyn et de l’ex-joueur Kevin Cornelius? Pour l’instant, Suchy et Hermelyn frappent avec plus d’autorité et dans les situations critiques, souvent avec des coureurs sur les buts. Peuvent-ils maintenir cette cadence? Si oui, le milieu et le bas de l’alignement des Aigles demeureront menaçants, d’autant plus que des joueurs comme Parker Sniatynski et Raphaël Gladu ont prouvé leur utilité, eux qui ont de bonnes présences au bâton et qui savent utiliser leur vitesse sur les sentiers.

3. La révélation David Glaude

On parlait déjà de lui comme d’une aubaine en 2018. Aujourd’hui, il s’impose comme l’un des intouchables. Contre toute attente, le Québécois affiche la meilleure moyenne de présence + puissance des Aigles, un impressionnant taux de ,857, à égalité avec le receveur Hermelyn.

Ces deux joueurs auraient dû être invités au Match des étoiles à Rockland. Glaude, entre autres, perce le top 5 de la Ligue Can-Am pour les coups sûrs (55), les points marqués (40) et les buts sur balles (28).

Il est le seul joueur régulier à présenter une moyenne au bâton supérieure à ,311 avec les Aigles. Son compatriote Raphaël Gladu, le favori local, fait aussi très bien à ce chapitre (moyenne de ,329) et dans d’autres secteurs. Il est de retour à Trois-Rivières pour de bon.

4. Un meilleur tandem de receveurs

Il semble que Hermelyn a bien mal digéré la décision de la Ligue de lui préférer Adam Ehrlich, un produit local des Boulders, pour le Match des étoiles.

Le Texan de 25 ans est un type fier: s’il se sert de cette histoire comme motivation, il ne sera que plus redoutable dans la deuxième portion du calendrier.

L’autre aspect qui avantage Hermelyn en comparaison avec 2018, c’est la qualité du joueur qui le seconde derrière la plaque. La recrue Joe DeLuca, qui a eu de bons flashs au bâton en vertu de sa puissance, est aussi un receveur plus efficace que les seconds violons qui sont passés par Trois-Rivières au fil du temps. Ça donne des journées de congé méritées pour le capitaine Hermelyn.

5. Ça se replace au monticule

T.J. Stanton a eu la main heureuse dans les dernières semaines avec ses lanceurs, et ce malgré l’absence prolongée du partant Domenic Mazza, fumant en début de calendrier.

Les releveurs Cam Lafleur et Bubby Rossman, appelés en renfort ce printemps et au début de l’été, ont gagné leur place dans le nid, tandis que la recrue Garrett Harris se révèle comme l’une des belles surprises à travers la Can-Am.

Harris participera d’ailleurs au Match des étoiles, mercredi, aux côtés de ses coéquipiers Taylor Brennan (sept circuits) et Garrett Mundell (huit sauvetages, un sommet).

Les Aigles ont amélioré plusieurs statistiques au monticule depuis un mois, dont celle de la moyenne de points mérités (4,41).

La moyenne de coups sûrs et de buts sur balles accordés par manches lancées (1,34) est aussi la plus basse du circuit, preuve que les releveurs abattent du bon boulot et que les lanceurs travaillent rapidement.

L’enclos accueillera un nouveau membre dans les prochains jours. L’ancien des Miners El’Hajj Muhammad a été acquis par T.J. Stanton, ce qui renforce un peu plus la qualité des acteurs déjà présents. Si tout le monde reste en santé, cette équipe sera à surveiller.

Brennan freiné en demi-finale

Au concours de circuits du Match des étoiles entre la Ligue Can-Am et la Ligue Frontier, mardi à Rockland, le cogneur des Aigles Taylor Brennan a vu son parcours prendre fin en demi-finale.

Le numéro 3 a expédié cinq balles de l’autre côté de la clôture dans la première ronde, avant de se contenter de deux lors de la seconde.

Qu’à cela ne tienne, c’est bien un joueur de la Can-Am, Grant Heyman des Boulders, qui a remporté la compétition, s’imposant devant Hector Roa de la Ligue Frontier.