Le président des Aigles, Marc-André Bergeron.

«Il y a un enthousiasme au stade»

TROIS-RIVIÈRES — Personne ne peut le nier, l’édition 2019 des Aigles offre des raisons de célébrer à ses partisans match après match au stade du parc de l’Exposition. Aux yeux du président de l’équipe, Marc-André Bergeron, cette fin de saison excitante contribue assurément aux succès enregistrés récemment aux guichets.

«Chaque année, on remarque une courbe d’augmentation à la billetterie. Cependant, cette année, la hausse est beaucoup plus prononcée, car non seulement l’équipe gagne, mais elle n’est pas endormante à venir voir jouer», explique le président Bergeron. Dimanche dernier, lors d’un match face aux Capitales de Québec, les Aigles ont joué devant la meilleure foule de la saison, accueillant pas moins de 3 711 spectateurs.

Toutefois, le propriétaire refuse d’accorder tout le mérite aux joueurs. Pour lui, l’expérience client dépasse les limites du terrain. «En plus du bouche à oreille, le travail de notre équipe des ventes nous aide grandement à faire venir des gens. Je me suis entouré d’un grand nombre de gens passionnés qui nous donnent un bon coup de main. Je crois que les gens comprennent qu’il s’agit d’une saison déterminante pour les Aigles, qui ne l’ont pas toujours eu facile économiquement parlant. Cette ambiance-là n’est donc pas l’affaire d’une seule personne.»

Voir leur équipe enchaîner les performances étincelantes retire tout de même un certain poids sur les épaules de l’équipe des ventes, qui, chaque année, doit redoubler d’ardeur pour assurer la meilleure expérience possible aux spectateurs. «Ça facilite le travail de tout le monde. Je n’aime pas dire que les gens viennent parce qu’on gagne, mais c’est pareil partout. Les équipes qui gagnent ont en général un peu plus d’appui de la part de leurs partisans», a fait savoir Marc-André Bergeron avant de souligner le fait que la culture du baseball, qui s’était faite tranquille dans les dernières années, est en train de s’installer de nouveau à Trois-Rivières.

Sans confirmer que le futur est assuré pour les Aigles, le président souhaite que les standards qui sont en train d’être établis permettent à l’équipe de rester à Trois-Rivières pour longtemps. D’ici là, il aimerait bien sûr voir sa formation se rendre le plus loin possible cette année. «Avec une équipe comme ça, on veut tout gagner», conclut-il.