Le président des Capitales Michel Laplante
Le président des Capitales Michel Laplante

Capitales et Aigles: le projet de tournoi de Michel Laplante tombe à l’eau

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Il n’y aura pas de baseball professionnel à Québec et Trois-Rivières, cet été. Le président des Capitales Michel Laplante a renoncé à l’idée de tenir un tournoi à quatre équipes qui se serait mis en branle à compter la mi-juillet, a-t-il annoncé, vendredi après-midi.

Mais ce n’est pas à défaut de ne pas avoir essayé d’offrir un produit intéressant aux amateurs des deux villes en l’absence d’un calendrier régulier de la Ligue Frontier de baseball indépendant. Les Capitales — et les Aigles — ont multiplié les démarches afin de tenir leur tournoi. Ils avaient fixé la journée de vendredi pour prendre une décision finale, mais le temps leur manquait pour offrir des réponses aux joueurs, agents et organisations des ligues majeures qui manifestaient de l’intérêt pour le projet. Les questions portaient notamment sur les assurances et les règles à respecter lors d’une possible quarantaine.

«Il n’y a pas une raison principale qui a mené à cette décision, mais plusieurs. Et on ne peut pas pointer personne du doigt en disant qu’il est responsable, car nous avons eu de l’aide de tous les intervenants», expliquait Laplante, en point de presse sur la terrasse du Stade Canac.

Le projet visait à attirer à Québec et Trois-Rivières des joueurs canadiens des ligues mineures professionnelles et du baseball indépendant pour leur offrir des présences au bâton et des manches lancées dans un contexte compétitif en raison des annulations des différentes ligues. Des perches avaient aussi été lancées en direction de joueurs américains, bien que la participation de ceux-ci demeurait incertaine en raison de l’interdiction de voyage entre les deux pays voisins et d’une quarantaine obligatoire de 14 jours à respecter s’ils avaient pu le faire.

«Je vous jure qu’on a tenté de rendre l’impossible possible, mais la montagne était juste un peu trop haute. On a essayé jusqu’à tard jeudi soir [jeudi] et tôt ce matin [vendredi]. Mais on ne pouvait pas leur offrir toutes les réponses, et par respect pour eux, on ne voulait attendre plus longtemps avant de prendre».

Même si la machine des majeures est lourde et lente, certaines organisations avaient permis à leurs espoirs de participer au tournoi tandis que d’autres avaient fermé la porte. Malgré leur déception, plusieurs joueurs ont remercié les Capitales d’avoir tout fait pour que le projet fonctionne. Au point où cela a peut-être permis au gérant Patrick Scalabrini de tisser des liens pour l’avenir.

«J’ai pris contact avec les 72 joueurs canadiens qui ont évolué dans le baseball affilié en 2019. J’ai développé de belles relations avec certains, j’ai peut-être ouvert des portes pour l’avenir. Nous étions dans une course contre la montre, et par respect pour eux, on devait prendre une décision», disait Scalabrini, qui profitera d’un premier été de congé depuis près de 25 ans.

Patrick Scalabrini (à gauche) affirme avoir tissé des liens avec des joueurs canadiens en discutant avec eux.

Les Capitales, qui sont sans revenus depuis le 26 août 2019, auraient présenté ce tournoi à perte, mais il n’était pas question de tout risquer dans l’aventure. Bien que fragile, l’avenir de l’équipe n’est pas menacé.

Pas en péril

«Avec tout ce qu’on a fait depuis 10-15 ans, je ne vois pas comment les Capitales pourraient quitter Québec. Les prochains mois ne seront pas faciles, mais le futur de l’équipe n’est pas en péril. On fait partie de la ligue la plus stable de notre histoire, il y a entre 12 et 15 marchés qui pourraient s’ajouter à nos 14 clubs avec la disparition de plusieurs équipes mineures dans le territoire compris entre Québec et St. Louis», disait Laplante, attristé pour les amateurs, car le projet était fait pour eux, et non pas juste pour propager l’image de l’équipe.

Les spectateurs n’auront donc pas l’occasion de voir à l’œuvre l’ancien joueur des majeures Manny Ramirez, qui voulait participer au tournoi québécois avec son fils, Manny Jr. Le joueur de Québec David Glaude, acquis cet hiver de Trois-Rivières en retour du populaire T.J. White dans une transaction majeure, devra pour sa part patienter encore un an avant de jouer sur la surface synthétique du Stade Canac.

Malgré plusieurs discussions constructives avec les autorités de la santé publique et de la Ville de Québec, qui n’étaient pas contre le projet, Laplante n’a pas pu recevoir à temps les autorisations pour accueillir entre 900 et 1000 spectateurs par matchs dans les stades de Québec et Trois-Rivières.

«Je pense qu’on n’a pas fait tout cela pour rien. Notre idée d’avoir cinq entrées et sections distinctes dans le stade était intéressante et elle sera empruntée par d’autres dans les prochains mois», ajoutait-il en remerciant le personnel de l’équipe d’avoir mis la main à la pâte dans un projet dont personne ne connaissait l’issue.

Baseball junior

Pour l’instant, les amateurs devront se tourner vers le baseball junior afin d’assister à des matchs puisque la LBJEQ doit lancer sa saison à compter du 15 juillet, mais selon les informations qui circulent, il ne pourrait pas y avoir plus de 50 à 250 spectateurs dans les différents parcs. Un duel régional entre les Diamants de Québec et les Alouettes de Charlesbourg est à l’horaire, le dimanche 19 juillet. Québec sera aussi l’hôte de Trois-Rivières, le samedi 18 juillet, après avoir visité les Aigles, le jeudi 16.