Javier Herrera (13) a apporté sa touche à la victoire des Aigles avec un circuit de deux points dès la première manche.

Aigles-Capitales: Glaude tranche un interminable débat

TROIS-RIVIÈRES — Le Québécois David Glaude a mis un terme à un match interminable et complètement fou, vendredi soir au Stade Stéréo Plus, lorsque son ballon-sacrifice a permis aux Aigles de Trois-Rivières de signer une victoire de 6-5 en 11e manche devant les Capitales de Québec.

Il était passé minuit lorsque le natif de la Vieille Capitale s’est présenté au bâton avec les coussins tous occupés et un seul retrait au tableau indicateur. Devant une poignée d’irréductibles fidèles, Glaude a claqué l’offrande de Sean Donatello suffisamment loin au champ extérieur pour permettre au réserviste Marcus Blackmon de croiser le marbre et ainsi freiner la séquence de quatre revers de la bande à T.J. Stanton.

Ce dernier jeu du match illustre d’ailleurs bien l’allure rocambolesque de cette soirée en sol trifluvien. Ni Glaude, ni Blackmon ne devait initialement prendre part à cette rencontre. Toutefois, une succession d’incidents – une blessure au voltigeur Michael Suchy et l’expulsion du premier-but Kevin Cornelius – a forcé l’entraîneur des Oiseaux à faire appel à leurs services.

Aux abords du vestiaire vainqueur, Glaude affichait un sourire radieux après avoir offert une 10e victoire en 20 matchs aux Aigles cette saison. «Dans mon rôle, je dois être prêt en tout temps à rentrer dans l’action. Tu joues au baseball pour des moments comme ça. Je voulais juste frapper la balle assez profondément pour nous permettre de marquer le point gagnant. Ç’a marché!», a commenté celui qui a maintenant claqué 10 coups sûrs à ses six derniers matchs.

Le gérant des Aigles était également ravi de voir deux jeunes joueurs unir leurs efforts pour inscrire cette victoire. «Ça arrive souvent dans le sport que des gars qui n’étaient pas supposés être sur le terrain jouent finalement les héros. C’est merveilleux pour eux», a lancé Stanton, ajoutant que le fait d’avoir joué à domicile a certainement pesé dans la balance de cette victoire.

Dans le camp des Capitales, le gérant Patrick Scalabrini levait pour sa part son chapeau aux deux équipes. «C’était un match de fou... qui a duré une éternité. Les deux clubs se sont bien battu. Ça aurait pu pencher d’un côté comme de l’autre», a souligné Scalabrini qui a dû hypothéquer son enclos en utilisant six lanceurs pour cette rencontre.

Une TRÈS longue pause
Il n’y a pas que Glaude qui n’était pas destiné à une telle fin de soirée. Le match lui-même a bien failli ne jamais être complété. Avec les Capitales devant 3-2, la météo a fait des siennes dans la cité de Laviolette, forçant ainsi le personnel des Aigles à déployer la toile protectrice sur le terrain. Puis, après avoir patienté plus de 90 minutes, les deux équipes ont finalement repris l’action.

La pause aura été salutaire pour les Oiseaux qui ont réussi une poussée de trois points en septième manche aux dépens de Jay Johnson pour reprendre le contrôle. Le releveur des Capitales a d’ailleurs éprouvé des ennuis de contrôle coûteux lors de cette remontée trifluvienne.

En neuvième manche, les Aigles pensaient bien revivre une autre fin de match cauchemardesque. En avance 5-4 avec deux retraits et deux prises au tableau, les locaux étaient sur le point de retrouver le sentier de la victoire. Cependant, comme ça s’est souvent produit cette saison, la relève a flanché et permis à Yordan Manduley de claquer un double qui créait l’égalité.

Heureusement, pour une fois, les Aigles ont trouvé un moyen de s’accrocher et d’arracher la victoire. «On n’a jamais senti que le point égalisateur nous a scié les jambes. On est demeuré confiant qu’on allait réussir à gagner ce match et ça s’est concrétisé», a indiqué Glaude.

Les Aigles et les Capitales ont rendez-vous samedi soir pour le deuxième match de cette série de trois. Pour l’occasion, Ethan Elias sera opposé à Karl Gélinas.