Aigles Can-Am: Rusch ne peut tout faire seul

Le lanceur Matthew Rusch est sans contredit le meilleur joueur des Aigles de Trois-Rivières. Malheureusement, il ne peut pas toujours offrir des départs sans faille, et la partie d'hier après-midi en a été un bel exemple pour lui. Celui qui avait remporté ses trois derniers départs n'a pas eu l'appui de ses coéquipiers en défensive, qui ont commis quatre erreurs, en plus de ne pas réussir à faire taire les bâtons des frappeurs des Jackals du New Jersey. La formation de l'État de New York a été en contrôle tout au long de la rencontre pour remporter le troisième duel de cette série de quatre par la marque de 10-5.
En six manches de travail, le seul représentant des Aigles pour le match des étoiles de l'American Association le 29 juillet prochain a donné six coups sûrs aux Jackals. Il a accordé cinq points, dont quatre mérités, en plus d'offrir quatre buts sur balles aux frappeurs des Jackals. Il en a aussi retiré cinq sur des prises.
«On fait toujours la même chose, une couple de petites erreurs niaiseuses. La balle est dans le champ avec un gars au premier et au deuxième but, la balle n'arrive pas assez vite dans l'avant-champ et un gars vient marquer. Ce sont des jeux élémentaires qu'on apprend quand on joue dans des ligues mineures. Une partie de baseball, ça commence en première manche et ça se termine en neuvième. Tu n'as pas de break», soutenait l'entraîneur-adjoint Maxime Poulin, au sujet d'un jeu où le voltigeur de gauche Carlos Guzman n'a pas ramené la balle assez rapidement à l'avant-champ et qui a coûté un point.
L'un des seuls moments de réjouissance des 1525 spectateurs entassés au stade Fernand-Bédard aura été le coup de circuit de trois points de Drew Miller en quatrième manche. Cette claque du voltigeur de gauche a créé l'égalité 3-3, mais ce fut la seule menace réelle des Oiseaux. 
Laforest expulsé
La rencontre n'aura pas été aussi longue que prévue pour le gérant des Trifluviens, Pierre-Luc Laforest. Entre le début et la fin de la quatrième manche, Laforest est sorti de l'abri afin de demander des explications par rapport à la zone des prises de l'arbitre derrière le marbre, Colton Smith, qui ne semblait clairement pas être la même pour tous les lancers. Le ton de la conversation a rapidement monté et Laforest s'est fait montrer le chemin des douches par Smith. Le gérant des Aigles, qui en avait encore long à dire à l'officiel, est par la suite demeuré sur le terrain pendant quelques minutes afin de poursuivre l'escarmouche. C'est à ce moment que les deux autres officiels de la rencontre, Yves Lamontagne et Kurt Branin, sont venus s'interposer devant Laforest pour le forcer à quitter la surface de jeu. «C'est pas mal impossible pour nos frappeurs de s'adapter quand ils vont au bâton. On ne cherche pas d'excuses, mais c'est important qu'un arbitre garde sa zone des prises. Quand elle est toujours la même, tu peux t'ajuster avec ça en tant que frappeur. Mais quand tu te présentes au bâton et que la zone des prises est toujours différente, c'est là que ça devient pas mal compliqué», expliquait Poulin au sujet du travail de l'officiel derrière le marbre.
Une deuxième en deux jours
Les Aigles s'étaient également inclinés lors du deuxième match de la série disputé samedi par la marque de 7-3. Le partant des Oiseaux Ryan Bollinger n'avait malheureusement pas connu sa meilleure sortie de la saison, accordant six points et neuf coups sûrs en six manches. 
Le dernier match de cette série de quatre face aux Jackals du New Jersey est prévu pour 19 h 05 ce soir au stade Fernand-Bédard. Edilson Alvarez sera au monticule pour les Aigles alors qu'il sera opposé à Isaac Pavlik pour les visiteurs.