Le lanceur partant des Capitales lors du premier match, Kyle Regnault, a connu une excellente sortie avec deux coups sûrs accordés et huit retraits au bâton.

Aigles: après la pluie, le beau temps...

Les spectateurs présents au Stade Municipal de Québec ont eu droit à toute une leçon de baseball de leur équipe locale, alors que les Capitales de Québec n'ont fait qu'une bouchée des Aigles de Trois-Rivières lors du premier match du programme double. Les Aigles n'ont jamais été dans le coup, alors qu'ils se sont littéralement fait écraser par la marque de... 15 à 0!
C'est grâce à une manche de 14 points, un record de la Ligue Can-Am pour le nombre de points marqués en une manche, que les Capitales ont pris le contrôle de la rencontre et n'ont plus jamais regardé derrière eux.
Le gérant des Aigles, Pierre-Luc Laforest, n'avait pas vraiment de mots pour expliquer cette manche record des Capitales. «Honnêtement, c'est difficile à expliquer. Je n'avais jamais vu ça, un joueur qui frappe trois fois dans une manche. On a vraiment frapper un mûr et que plus rien ne marchait. Si ce n'est pas de cette manche-là, c'est un match de 1-0», avouait Laforest après la rencontre.
La rencontre avait pourtant bien commencé pour les Aigles, puisqu'ils ne tiraient de l'arrière que 1-0 avant d'arriver en quatrième manche. Toutefois, c'était avant que les frappeurs des Capitales fassent résonner leur bâton et mettent ainsi le match hors de portée des Aigles.
Du côté des Aigles, ce n'est pas seulement la défensive qui a fait défaut. Les frappeurs des Aigles ont été muselés par les deux lanceurs des Capitales, Kyle Regnault et Brett Schreiber, qui n'ont espaçé que deux coups surs en amassant un impressionnant total de neuf retraits au bâton.
De leur côté, les frappeurs des Capitales ont profité de cette rencontre pour engraisser leurs statistiques personnelles, alors que pas moins de neuf frappeurs sont venus marquer.
Les Aigles sauvent l'honneur
La formation de Pierre-Luc Laforest a offert une performance bien plus convaincante lors du deuxième match, qu'ils ont remporté, leur permettant ainsi de diviser les honneurs du programme double, mais surtout, de sauver leur propre honneur.
Après les sept manches réglementaires qui n'ont pas fait de gagnant, les Aigles ont marqué quatre points lors de la première manche supplémentaire, en l'occurence la huitième, ce qui offrait un coussin suffisant à Sean Keeler pour clore le débat.
Le releveur des Aigles n'a ensuite rien donné à Québec en fin de huitième pour permettre à son équipe de se sauver avec le deuxième match de la soirée.
Après avoir connu des ennuis en deuxième manche en offrant trois points aux Capitales, l'artilleur des Aigles Matthew Rusch s'est ressaisi et n'a absolument rien donné d'autre aux frappeurs des Capitales.
Le lanceur originaire de Winnipeg a terminé sa soirée de travail avec neuf frappeurs retirés sur des prises.
«Quand Matthew est sur le monticule, on est vraiment en confiance. Après la première rencontre, on s'est dit qu'on oubliait le dernier match. On a continué à pousser pour le deuxième et les gars étaient très confiants», a ajouté Laforest, bien fier du caractère qu'ont démontré ses joueurs.