Sports

Les Aigles perdent 6-5

TROIS-RIVIÈRES — Les Aigles ont laissé filer une avance de trois points avant de s’incliner 6-5 en fin de neuvième manche, contre les Miners de Sussex, mercredi en amorce d’un voyage de six matchs en cinq jours.

En déficit 4-1, les Miners ont marqué un point en septième, deux autres en huitième, avant d’inscrire celui de la victoire lors de leur tour au bâton ultime. Les releveurs des Aigles Taylor Hyssong et Shaun Ellis ont connu des difficultés, portant ombrage à la belle sortie de Kevin McNorton au monticule (10 coups sûrs et deux buts sur balles en sept manches). En neuvième, les Aigles ont donné un but sur balles intentionnel à leur ancien coéquipier Connor Crane, préférant affronter le frappeur substitut Kenny Klopove. Ce dernier a remercié les Oiseaux en claquant un simple, qui a fait marquer Audy Ciriaco. Un autre ancien des Aigles, Daniel Mateo, a réussi deux coups sûrs. Chez les visiteurs, Michael Suchy (3 en 5, dont un circuit) a été le plus efficace au bâton Aigles et Miners disputeront un programme double jeudi, en matinée. —photo: françois Gervais

Aigles

Coup de balai!

Trois-Rivières — Les Aigles de Trois-Rivières ont balayé la série de quatre matchs contre les Champions d’Ottawa grâce à une victoire de 6-1 dimanche après-midi au Stade Stéréo Plus. Les hommes de T.J. Stanton égalisent ainsi un record d’équipe avec cette sixième victoire consécutive.

«C’est excellent. Ce n’est pas impossible de balayer une série de quatre matchs, mais c’est vraiment difficile», a lancé après la victoire des siens l’entraîneur-chef des Aigles.

Sports

Les Aigles piétinés à Rockland

Trois-Rivières — Les Aigles ont entamé leur court séjour de trois jours aux États-Unis avec une gifle en plein visage, vendredi soir à Pomona, en se faisant piétiner 15-7 par les Boulders de Rockland.

Si l’offensive a quand même livré la marchandise, avec sept points et 12 coups sûrs, dont deux circuits et sept doubles, les lanceurs ont eu la vie très dure.

Sports

Trois-Rivières frappée par la légende Guerrero

Trois-Rivières — Quinze ans ont passé depuis son départ des Expos de Montréal. Pourtant, on sent que Vladimir Guerrero est encore très attaché au Québec. Ce n’est pas un hasard s’il a accepté l’invitation des Aigles de Trois-Rivières et des Capitales à séjourner dans leurs régions jusqu’au 23 juin. Moyennant quelques dollars, il faut le dire!

Accompagné de membres de sa famille et de son agent, le grand Vlad est apparu dans les corridors du Stade Stéréo Plus peu après 13 h, mercredi. Non, il n’a pas beaucoup changé. On constate au premier coup d’œil qu’il est encore en bonne forme physique.

Une courte réception civique avait été organisée dans le hall d’entrée du stade, la mairesse suppléante Ginette Bellemare lui souhaitant la bienvenue, aux côtés du président des Aigles Marc-André Bergeron, lui-même un grand fan du numéro 27.

«C’est un honneur d’être ici», a répété le Dominicain de 43 ans à quelques reprises. Il était sincère, car jamais, durant le long point de presse, n’a-t-il laissé transparaître des signes d’impatience. L’interprète qui traduisait les questions du français à l’espagnol, Diego Brunelle Diaz, l’a fait rire en certaines occasions.

«Je vais passer de beaux moments. Il y a deux ou trois ans, les Aigles voulaient que je vienne, mais un conflit d’horaire m’avait empêché de voyager. Je suis surtout content de revenir à Montréal et d’avoir la chance de visiter d’autres villes. Mon fils Vladimir Jr est né à Montréal, cet endroit sera toujours spécial.»

Les Aigles ont prévu une pléiade d’activités pour leur invité d’honneur. Ça commençait mercredi, avec des sorties dans certains commerces et un souper, en soirée, au centre-ville. Guerrero sera de passage à Québec jeudi, avant de participer à une soirée-bénéfice avec Les 4 Chevaliers au profit de la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants, vendredi dans la métropole. Il complétera sa tournée québécoise à Trois-Rivières, dans l’après-midi du 23 juin, alors qu’il effectuera le lancer protocolaire avant le match entre les Aigles et les Stars d’Hollywood.

Questionné à savoir à quel genre d’accueil il s’attendait des amateurs de baseball, Guerrero a offert une demi-réponse. «Honnêtement, je l’ignore. J’ai joué sept saisons avec les Expos avant de partir pour Anaheim. Je dois vous avouer que j’ai des papillons dans l’estomac. Par contre, en sachant à quel point les fans sont passionnés, je pense que ce sera super.»

Doux souvenirs

Il s’est dit et écrit beaucoup d’histoires négatives sur les Expos de la fin des années 90 et du début des années 2000. Qu’à cela ne tienne, Guerrero jure qu’il a apprécié chaque moment. Même le Stade olympique compte parmi ses beaux souvenirs!

«Oui, j’aimais y jouer. Dans les rangs mineurs, j’avais déjà pratiqué sur du terrain synthétique, alors je n’ai jamais eu de problème avec le stade. Je me rappelle aussi des foules bruyantes à nos matchs. C’est quelque chose que j’ai retenu de mon passage.»

Il aime replonger dans ses souvenirs de 2002 et 2003, à l’époque où les Expos flirtaient avec une place en séries. «En tant que joueur, ce sont mes meilleurs moments avec les Expos. La vie à Montréal était très agréable. En 2015, je suis retourné dans les mêmes bars que je fréquentais il y a 15 ou 20 ans!»

Certains amateurs ont été déçus quand il a annoncé que ce serait avec une casquette des Angels d’Anaheim (devenus les Angels de Los Angeles) qu’il entrerait au panthéon de son sport, et non avec celle des Expos. «Ce fut une décision déchirante, a-t-il partagé mercredi devant les membres de la presse de la Mauricie. Les Expos m’ont donné ma première chance dans le baseball. Malheureusement, le club n’existe plus. C’est l’une des raisons qui m’ont fait pencher pour les Angels.»

En République dominicaine, Vladimir Guerrero est un héros national. Issu d’un milieu défavorisé, il a gravi les échelons jusqu’au Baseball majeur. Son fils, Vladimir Jr, est en voie de suivre les traces de son père. Meilleur espoir des Blue Jays de Toronto, il a viré le Stade olympique à l’envers à la fin du mois de mars, en claquant le circuit de la victoire dans un match hors-concours contre les Cards de St. Louis.

Ligue Can-Am

L'annulation des matchs contre les Dominicains fait jaser

«Si tu veux jouer contre une bonne équipe internationale, tu dois payer pour. Tu as ce pour quoi tu payes, c’est aussi simple que ça!»

Le fiasco dominicain faisait jaser, au Stade Canac de Québec, mardi, au lendemain de l’annulation du volet canadien de la tournée de l’équipe de la République dominicaine à travers la Ligue Can-Am. Le gérant des Aigles de Trois-Rivières, T.J. Stanton, y voyait une équation évidente.

«C’est facile pour moi de dire ça parce que ce n’est pas mon argent, mais si on veut mieux, faut y mettre le montant», résume Stanton. La Ligue a argué un «problème de transport» pour justifier le remplacement de la sélection dominicaine par une formation pêchée dans la Ligue Pecos, un circuit indépendant réservé aux 25 ans et moins, les Stars de Hollywood.

«Un autocar était réservé à New York lundi matin pour leur départ pour Ottawa et ils n’étaient pas là», détaille le président des Capitales, Michel Laplante. «La ligue a contacté les responsables dominicains pour connaître le problème et ils ont répondu : “On aime mieux partir le soir.” Ça ne peut pas marcher! La ligue a tout fait pour les accompagner dans tout ce qu’ils avaient à faire et ç’a été pénible tout le long», confirme Laplante.

Le lundi précédent, les Dominicains n’étaient pas non plus au rendez-vous pris avec leur accord au consulat canadien de New York pour régler leurs visas. Ils s’y sont rendus quelques jours plus tard.

Flop proportionnel sur le terrain. Neuf défaites en neuf, les trois équipes américaines de la Can-Am les ont massacrés au pointage combiné de 136-16. «Ça démontre la préparation et le dynamisme de leur organisation. Il ne faut pas que ça devienne un cirque», constate Laplante.

Des garanties exigées

Le président des Capitales est le premier à souhaiter ces échanges internationaux. Il a été à l’origine du projet avec l’équipe cubaine en 2016 et en 2017, avec qui des difficultés de coordination se sont aussi présentées. Le Japon avait envoyé avec succès une équipe en 2015 et en 2016.

Après une première dominicaine difficile l’an dernier (2-15), les interlocuteurs avaient promis à la Can-Am une amélioration autant du contenant que du contenu. «La fédération nationale devait s’en mêler et ça ne s’est pas fait. Les deux semaines qui viennent de passer ont été un paquet de troubles. J’espère que ça ne ternira pas l’enthousiasme des propriétaires de la Can-Am pour le refaire. Mais le prochain groupe international devra offrir des garanties solides», tranche Laplante.

Il parle de possibilités avec le Venezuela et les Pays-Bas. Le retour du baseball aux Jeux olympiques nuit à la cause, puisque les équipes nationales ne récoltent aucun point de la Fédération internationale de baseball auprès des pros de la Can-Am.

Le receveur des Alouettes de Charlesbourg dans le junior élite Raphaël Ross fera la tournée canadienne avec les Stars de Hollywood, après avoir dépanné le Stockade de Salina samedi soir.

+

LANTIGUA AURAIT AIMÉ S'IMPLIQUER

Un appel, voilà ce qu’attendait Eddie Lantigua pour prendre en charge le volet dominicain de la Ligue Can-Am. Mais ce coup de fil de la fédération de son pays natal n’est jamais venu, avec le résultat que l’équipe itinérante ne terminera pas sa tournée au Canada. «Je vais vous en faire une équipe, avais-je dit, l’an passé. Mais on ne me l’a pas demandé, personne n’a cogné à ma porte. Je connais plusieurs lanceurs qui jouent dans la ligue indépendante de mon cousin, en République, on y retrouve même quelques anciens des majeures.»

Lantigua est déçu par la tournure des événements. «Je ne suis pas fier de ce qui arrive, ça ne représente vraiment pas le baseball dominicain. Regardez la Classique mondiale, c’est la République qui l’a emporté en 2013. On ne peut pas utiliser n’importe qui dans une série comme celle de la Ligue Can-Am. Participer, c’est une chose, mais être compétitif, c’en est une autre. Avec de bons contacts, il aurait été possible d’avoir une formation respectable.»  Carl Tardif

+

L'AUTRE STOCKADE DE SALINA

À leur premier match et à peine 24 heures après leur réunion en remplacement de dernière minute de l’équipe de la République dominicaine, les Stars de Hollywood ont tenu tête aux Champions (10-18) dans une défaite de 5-4, mardi soir, à Ottawa. Mais en fait, les Stars alignaient les mêmes joueurs et portaient le même uniforme que le Stockade de Salina la semaine dernière, lors de leur tournée contre les équipes canadiennes de la Ligue Can-Am. Le Stockade jouait pourtant bel et bien à Sussex en même temps, avec des séries contre les trois équipes américaines au calendrier des prochains jours.

Ce sont donc d’autres joueurs qui étaient plus près et qui ne disposaient pas nécessairement de passeport qui se sont alignés pour Salina aux États-Unis. Les deux équipes ont été formées à partir de la Ligue Pecos. L’équipe qui ne porte de Salina que le nom a été dépecée 14-1 par les Miners. T.J. Stanton, le gérant de Trois-Rivières, souligne que les clubs américains ont chacun hérité de trois victoires gratuites contre la faible République dominicaine, tandis que les clubs canadiens devront redoubler d’ardeur en affrontant Salina 1 et Salina 2/Hollywood.  Olivier Bossé

LIRE AUSSI : DÉBUT DE MÉCONTENTEMENT CHEZ LES CAPITALES, QUI S'INCLINENT 4-2 CONTRE LES AIGLES

Capitales

«Immense» victoire des Capitales sur les Aigles

Menés par Maxx Tissenbaum, James McOwen et Karl Gélinas, les Capitales ont battu les Aigles 8-4 samedi soir, au stade Stéréo Plus de Trois-Rivières.

À son cinquième match de la saison, le premier a produit quatre points et en a marqué deux. Le deuxième a poussé deux coéquipiers à la plaque, mais on retiendra aussi ses trois coups sûrs.

Quant au troisième, il s’est brillamment remis d’un début de match chancelant. Gélinas a accordé un circuit de deux points à Javier Herrera, troisième frappeur à l’affronter. Taylor Brennan a aussi envoyé l’une de ses offrandes de l’autre côté de la clôture, cette fois en troisième. Mais au final, Gélinas a connu une solide sortie, accordant quatre points (trois mérités) sur 10 coups sûrs en 7,2 manches. 

«Gélinas sauve la job de Scalabrini!» a d’ailleurs scandé ce dernier, à la blague, pour résumer sa pensée sur ce match. «Au début, de son propre aveu, il avait de la misère à trouver son rythme, à trouver ses lancers», a ajouté le gérant des Capitales, plus sérieusement. «Mais il se sentait mieux à mesure que le match avançait. Il savait qu’il devait nous donner sept ou huit manches parce qu’on avait brûlé notre enclos la veille. Cette victoire-là est immense dans les circonstances. Il a sauvé notre enclos.»

Le match s’est joué en début de cinquième manche. Tirant de l’arrière 3-1, les Capitales ont inscrit cinq points, dont trois sur un double de Tissenbaum avec les buts remplis. «Tiss, c’est une machine offensive, l’a vanté Scalabrini. Et pas juste avec ses coups sûrs. Il soutire des buts sur balles [deux samedi], se fait atteindre par des lancers. C’est une présence qui nous manquait, indéniablement.»

Chez les Aigles, le partant Ethan Elias a connu un destin inverse à celui de Gélinas. Solide au départ, il s’est dégonflé en milieu de rencontre. Il a été victime de huit points dont six mérités en 6,2 manches.

«Ç’a été un match un petit peu plate pour nous», a commenté le gérant de Trois-Rivières, TJ Stanton. «On a eu beaucoup de manches avec des opportunités, beaucoup de coureurs sur les buts. Mais on n’a pas été capable de réussir le gros coup sûr.» Les Aigles ont laissé 10 hommes sur les sentiers.

Josh Vitters et Stephen Gaylor ont connu une soirée de deux coups sûrs chez les Capitales. Tout comme David Glaude, Anthony Harmelin et Kevin Cornelius chez les locaux. Les deux équipes en ont réussi 10. L’habituel partant Ryan Searle a été parfait en neuvième manche pour compléter le match.

Vendredi soir, les Aigles avaient vaincu les Capitales 6-5 grâce à ballon-sacrifice du Québécois Glaude en 11e manche. Yordan Manduley a frappé quatre coups sûrs dans la défaite, dont deux doubles. Capitales et Aigles s’affronteront dimanche (13h) pour déterminer le gagnant de cette série de trois matchs.

Les Capitales devront par ailleurs se passer de Kalian Sams, comme prévu. Le puissant cogneur rejoindra sa douce moitié aux Pays-Bas du 13 au 25 juin pour la naissance de leur deuxième enfant.

Ailleurs dans la ligue Can-Am, l’équipe de la République dominicaine a bien mal commencé sa tournée des villes du circuit. Elle a perdu 10-4 (vendredi) et 18-2 (samedi) contre les Miners de Sussex County. Donnons-leur un peu de temps, mais la formation dominicaine de l’an dernier avait été critiquée pour la qualité douteuse des joueurs invités. Elle avait remporté seulement 2 de ses 17 rencontres.

Grâce à leur victoire samedi, les Capitales et les Miners demeurent à égalité en tête de la Can-Am avec une fiche de 14-8.

Sports

Un mauvais départ coule les Aigles

TROIS-RIVIÈRES — En quête d’un quatrième triomphe d’affilée, les Aigles ont rapidement compris lundi soir que leur série victorieuse allait s’arrêter. Le lanceur partant Ethan Elias a cédé quatre points dès la manche initiale aux Miners de Sussex et à leur as David Rollins, qui ne demandait pas mieux pour conduire son équipe à une victoire de 12-6.

Elias n’était pas dans son assiette. Il a cédé les 10 premiers points du match, avant de quitter pour les douches. Un seul de ces points a toutefois été mérité.

Sports

Aigles: balayage à domicile

TROIS-RIVIÈRES — Les joueurs des Aigles se réveillent lundi matin au sommet du classement de la Ligue Can-Am, forts d’une fin de semaine parfaite au cours de laquelle ils ont vaincu trois fois plutôt qu’une les Boulders de Rockland. Jamais, en six ans, l’équipe n’a affiché une telle aisance au bâton si tôt dans l’année. Et les résultats sont probants: des victoires de 9-8, 16-7 et 5-0. Sortez les balais!

«La clé du succès, c’est la discipline de nos frappeurs. Les gars ont été capables de mettre beaucoup de pression sur les lanceurs des Boulders», analysait le gérant T.J. Stanton, dimanche en fin d’après-midi, au terme d’une troisième victoire en moins de 48 heures. Cette heureuse séquence porte leur fiche à 6-3.

Baseball

Les Aigles se séparent de Kyle Lafrenz

Trois-Rivières — Les règlements de la Ligue Can-Am ont coûté un poste à l'un des visages les plus connus de l’équipe mardi. Les Aigles de Trois-Rivières ont dû dire au revoir au receveur Kyle Lafrenz mardi.

En poste derrière le marbre depuis les quatre dernières saisons pour les Oiseaux, Lafrenz a disputé 326 matchs dans l’uniforme trifluvien. Toutefois, la dernière campagne était sa sixième chez les professionnels, ce qui signifie qu’il allait occuper le statut de vétéran lors de la prochaine saison. Le gérant T.J. Stanton a préféré se tourner vers une autre option afin der remplir l’un de quatre casiers disponibles pour ce statut.

«Kyle est une personne que j’adore. Cependant, le fait que son statut augmente à celui de vétéran est embêtant. D’autant plus qu’il n’a pas été à 100% la majorité de la dernière saison. Au nom de tous les membres de l’organisation, nous désirons le remercier pour les quatre saisons qu’il nous a offert.»

Lafrenz n’a en effet disputé que 45 des 100 rencontres des Aigles la saison dernière au poste de receveur après avoir été blessé, une absence qui s’est fait grandement sentir.

Lafrenz avait été le premier choix des Aigles lors du repêchage du repêchage de dissolution des Bears de Newark au terme de la saison 2013.

Baseball Can-Am

Encore de la puissance

Trois-Rivières (LSG) — Si le Canadien se cherche désespérément un premier centre depuis des années, les Aigles, eux, n’ont jamais été capables de dénicher un joueur de premier but digne de ce nom. Ils espèrent avoir enfin trouvé la perle rare en Dustin Geiger.

Choix de 24e ronde des Cubs de Chicago au repêchage du Baseball majeur de 2010, l’athlète de 26 ans se rapportera au camp de Trois-Rivières, en mai prochain, deux semaines avant le début de la saison dans la Ligue Can-Am.