Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carey Price a signé un de ses blanchissages les plus faciles en carrière mardi.
Carey Price a signé un de ses blanchissages les plus faciles en carrière mardi.

Affamé, le Canadien

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE — Levez la main ceux qui avaient prédit un tel départ au Canadien, après cette longue pause en raison de la COVID-19?

Vous n’êtes certainement pas nombreux.

Et les joueurs des Oilers ne font pas partie de votre petit groupe. C’est clair qu’ils ont été surpris par ce départ irrésistible des hommes de Dominique Ducharme.

Peut-être avaient-ils laissé beaucoup d’énergie la veille sur la glace à Toronto? Ou qu’ils ont été découragés par leur grande pieuvre de 6’6’’ – lire Mikko Koskinen – qui se bat avec chaque rondelle dirigée vers lui? Chose certaine, les Oilers ont été totalement déclassés en première. Quand même Artturi Lehkonen secoue les cordages de l’équipe adverse, c’est signe que cette dernière n’est pas dans un bon soir!

Ça n’enlève rien au Canadien, qui semblait affamé. Belle façon de répondre à la transaction de Marc Bergevin, qui a greffé Éric Staal à son groupe il y a quelques jours. À part Jake Evans, tous peuvent se réjouir de cette acquisition. Il ne sera de passage que pour quelques mois, mais il aura le temps de refiler quelques trucs à Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi. Et une fois en séries, le grand Staal saura se rendre utile à Ducharme. Quand on regarde le prix payé, on peut dire que Bergevin a su être très habile dans ses conversations avec le directeur général des Sabres.

Avec cette victoire, le Canadien peut tourner son regard davantage devant lui que derrière, dans cette course aux séries. Il se rapproche à six points des Oilers, avec cinq matchs en main. Cette troisième place de la division Nord est donc à la portée de vos p’tits gars, d’autant plus qu’ils ont un certain succès face aux Oilers, avec deux victoires en sorties contre eux depuis le début de la saison. Connor McDavid et Leon Draisatl, qui terrorisent les gardiens de la LNH, n’ont pas marqué un seul but face au Canadien à leurs cinq derniers matchs contre eux.

Mardi, malgré la présence de ces deux surdoués, Price a mis la main sur un de ses blanchissages les plus faciles en carrière. 16 arrêts pour son 49e blanchissage, c’est dire à quel point les Oilers n’étaient pas dans leur assiette!

Il reste cinq matchs entre les deux clubs d’ici la fin de l’année. Ce sera intéressant de voir si Price peut continuer à se moquer encore bien longtemps du monstre à deux têtes des Oilers…