Simon Kean compte bien s'inspirer d'Adonis Stevenson pour faire son chemin dans la boxe.

Adonis Stevenson, une inspiration pour Simon Kean

La décision de rester chez les amateurs s'impose d'elle-même. Selon Simon Kean, il est de toute façon peu probable qu'un promoteur professionnel ne lui démontre de l'intérêt dans les présentes circonstances.
«Même si je voulais passer pro, ça prend un promoteur! Le timing n'est pas bon, et je ne veux pas le faire n'importe comment non plus. Ça prend le bon timing
Chargé du recrutement chez GYM, Bernard Barré est d'accord avec le raisonnement du Trifluvien. «Simon est un gars intelligent, sa lecture de la situation est la bonne. Ça fait trop longtemps qu'il ne s'est pas battu sur un ring, il y a trop d'improbabilités autour de lui pour voir un promoteur investir sur lui à l'heure actuelle. Mais s'il reprend sa place sur l'équipe canadienne, qu'il voyage à travers le monde et qu'il connaît du succès, les données vont changer. Je le connais depuis les juniors, il a un super bon potentiel, un très bon physique et une bonne claque! En plus, il vient de chez nous. Chez GYM, par exemple, c'est clair qu'on regarde dans notre cour avant de regarder ailleurs... »
Et les récents ennuis juridiques de Kean ne sont pas susceptibles d'effrayer GYM. «À partir du moment où il a payé sa dette à la société et réglé ses problèmes, ce n'est pas un souci. Regarde un gars comme Adonis Stevenson, qui est devenu un bel exemple pour les jeunes en difficulté. Il est revenu de loin, Adonis, le message qu'il véhicule est beau. C'est un père de famille, qui marche droit et qui s'occupe de ses affaires. Simon peut emprunter le même chemin.»
Kean confie que la rédemption de Stevenson, maintenant champion du monde et tête d'affiche du réseau HBO, se veut une source d'inspiration.
«Il a fait des choses bien pires que moi! Et il a réussi à s'en sortir, à faire son chemin jusqu'à la ceinture de champion du monde. Ça prouve que ça se fait.»