L’année 2020 marquera l’arrivée d’une nouvelle série de rallycross au Grand Prix de Trois-Rivières.

À surveiller en 2020 dans le monde du sport

Le rallycross sera encore là

Exit le Championnat mondial de rallycross et celui des Amériques: l’année 2020 marquera l’arrivée d’une nouvelle série de rallycross au Grand Prix de Trois-Rivières. Il s’agit du Championnat européen Titans RX, qui meublera une partie de l’horaire de la 51e édition avec deux courses au début du mois d’août.

Ce sera la deuxième saison d’existence de cette série et sa première sortie à l’extérieur de l’Europe. Toutes les voitures sont identiques et il en coûte beaucoup moins cher de louer un volant qu’au sein du Championnat mondial. Ceci devrait ouvrir la porte à des pilotes québécois, comme Antoine L’Estage, Louis-Philippe Dumoulin ou Andrew Ranger.

L’autre série à surveiller en 2020, et qui en sera à une première escale à Trois-Rivières, est la F3 américaine. Une nouvelle bien accueillie pour les partisans des monoplaces.

Jean-Philippe Parr gravit les échelons

Ceux qui l’ont vu grandir sur les verts du Club de golf Ki-8-Eb ne sont pas tombés en bas de leur chaise, à la fin de l’année, quand Golf Canada a annoncé que Jean-Philippe Parr méritait sa place sur l’équipe nationale junior de développement pour la prochaine saison.

Le golfeur Jean-Philippe Parr.

Le jeune prodige de Saint-Célestin a l’habitude des tournois disputés aux États-Unis, où il habite pendant une partie de l’année. Ceci dit, son horaire de compétitions pour 2020 sera encore plus exigeant avec des invitations internationales, lui qui défendra dorénavant les couleurs de son pays et qui sera parmi les meilleurs espoirs de son sport. Parr n’a rien volé, il a connu une année 2019 au-delà des attentes.

En fait, il a su se démarquer autant dans son groupe d’âge sur le circuit provincial et national que du côté des amateurs, face à des hommes.

Il a tous les outils dans son sac pour continuer sa progression et aspirer à son rêve: le circuit de la PGA.

Qui logera au Colisée?

Les Fêtes ont permis d’installer une trêve dans le dossier du nouveau Colisée de Trois-Rivières. Une trêve qui sera de courte durée.

Dès le début janvier, le débat sur la façon de le meubler va reprendre avec vigueur.

Le nouveau Colisée de Trois-Rivières en construction.

Rappelons qu’il y a deux projets sur la table. Le premier est proposé par l’homme d’affaires Dean MacDonald, qui veut y installer le club-école du Canadien dans la East Coast League.

Le second est parrainé par Daniel Lamarre, du Cirque du Soleil, et implique les Patriotes de l’UQTR, qui veulent y déménager afin de revamper leur programme.

Contrairement à certaines rumeurs, les Patriotes ne visent pas d’intégrer la NCAA, bien au contraire. En entrevue au Nouvelliste il y a quelques jours, Isabelle LaVergne a rejeté complètement cette possibilité, réaffirmant son attachement au sport universitaire canadien. Les Patriotes souhaitent toutefois disputer des matchs hors-concours face à des formations NCAA. Le projet des Patriotes implique aussi une nouvelle chaire de recherche, de même que l’élaboration d’un agenda événementiel avec la complicité de Lamarre.

MacDonald peut aussi mettre sur pied des spectacles sans problème, grâce à ses relations avec Evenko. À propos, MacDonald ne voit aucun inconvénient à la cohabitation avec les Patriotes, une formation de joueurs étudiants dont le calendrier se limite à un maximum de 20 matchs locaux. L’inverse n’est pas vrai: Lamarre a exprimé qu’à son avis, les Patriotes doivent avoir le plancher de danse pour eux seuls.

Le conseil de ville devra vraisemblablement trancher dans les premières semaines de janvier. Le maire Jean Lamarche ne cache pas de son côté que le projet qu’il soutient, c’est celui des Patriotes.

Enfin un championnat du monde pour Zewski?

Il boxe depuis qu’il est gamin, et il a toujours rêvé d’une chance de se battre pour un titre mondial. L’année 2020 pourrait être la bonne pour Mikaël Zewski, qui a amélioré son classement dans les associations mondiales au cours de la dernière année avec deux autres victoires, portant son total à 34 en 35 sorties chez les pros.

Le boxeur Mikaël Zewski.

Il est maintenant temps qu’Yvon Michel investisse les ressources nécessaires afin de lui permettre de faire le dernier pas qui pourrait le mener vers les plus hautes sphères de sa division. Il y a un scénario déjà sur la table, soit un affrontement avec le Kazakhe Sergey Lipinets (16-1), un combattant encore mieux classé que lui.

Il y a intérêt mutuel pour orchestrer un duel, il reste maintenant à assembler les conditions monétaires pour que tous acceptent de signer un contrat les liant. Un tel combat pourrait se faire dès le mois de mars, et une victoire contre Lipinets positionnerait Zewski comme un aspirant légitime pour n’importe quel champion de sa division.

Zewski meurt d’envie d’avoir une telle occasion. La question est de savoir si son promoteur croit autant en lui que le principal intéressé afin de délier les cordons de la bourse pour matérialiser un tel affrontement.

Jeux olympiques: fort potentiel mauricien à Tokyo

Les semaines et les mois à venir s’annoncent déterminants pour des dizaines d’athlètes amateurs de partout au pays, alors que s’amorceront les qualifications pour les diverses épreuves des Jeux olympiques d’été de Tokyo. Dans la région, quelques prétendants frappent à la porte de notre délégation.

Médaillée de bronze des Championnats mondiaux et des Jeux panaméricains chez les moins de 75 kg, la boxeuse Tammara Thibeault a le talent et l’expérience pour maintenir cette cadence. Elle a effectivement vaincu d’excellentes pugilistes dans les derniers mois. Une athlète à suivre.

À la piscine, Mary-Sophie Harvey, sacrée athlète de l’année de la Fédération de natation du Québec, a effectué un beau retour en 2019, en se distinguant aux Panams, à Lima au Pérou.

Mary-Sophie Harvey

Elle sera assurément à surveiller lors des essais olympiques, au mois d’avril.

En cyclisme, Hugo Houle, fort d’une participation au Tour de France, visera une deuxième présence aux Jeux olympiques, tout comme Elissa Alarie en rugby à sept.

En taekwondo, Viviane Tranquille pourrait causer une surprise aux sélections nationales. Chose certaine, elle a connu une excellente fin de saison et tout est permis dans son cas.

Finalement, on saura bientôt si la canoéiste Laurence Vincent Lapointe, de loin le plus bel espoir de médaille de la région, aura gain de cause auprès de la Fédération internationale de canoë-kayak. La Trifluvienne purge une suspension depuis qu’elle a échoué un test antidopage au ligandrol, l’été dernier à Montréal.