Plus vieux tournoi de basketball scolaire au Canada, le Takefman, organisé par l'école secondaire des Pionniers, célébrait ses 70 ans en fin de semaine.

À 70 ans, le Takefman vieillit bien

Sauvé d'une mort quasi certaine il y a quatre ans, le tournoi de basketball Takefman reprend des couleurs année après année. Un total de 64 équipes se sont affrontées dans les divers gymnases de Trois-Rivières en fin de semaine, quatre de plus que l'an dernier, mais surtout, 25 de plus que lorsque l'école secondaire des Pionniers a pris la relève de l'organisation en 2014.
Avec 64 équipes et plus de 700 joueurs, le tournoi, qui souffle ses 70 bougies, affiche d'ailleurs pratiquement complet. En plus des courts des Pionniers, ceux du Collège Laflèche, du Cégep de Trois-Rivières, de l'UQTR ainsi que de l'Académie les Estacades ont été utilisés samedi et dimanche.
«Nous avons une belle collaboration de la part des autres écoles. Nous offrons 11 catégories, masculines et féminines dans les division 2 et 3», explique Sébastien Provencher, responsable du Service des sports à l'école des Pionniers.
Autrefois le tournoi qui venait couronner la meilleure équipe de la Mauricie, le Takefman a beaucoup changé et n'est plus un rendez-vous important pour certaines écoles de la région, qui ne sont pas inscrites. Des formations des Estacades, des Pionniers de du Rocher, du Vert et Or du Séminaire St-Joseph, de l'Ultime de Keranna et des Vikings de Champagnat à La Tuque étaient présentes, en plus de toutes les équipes des Gothics des Pionniers. Mais c'est plutôt du reste du Québec que la majorité des formations sont originaires.
«Nous avons des équipes de Sept-Îles à Gatineau, en passant par Sherbrooke et Rivière-du-Loup. De plus en plus, les écoles arrivent avec toutes leurs équipes. Pour elles, le nom Takefman ne veut pas dire grand-chose, c'est surtout de jouer à Trois-Rivières qui est attirant. C'est central et elles aiment venir ici», note Provencher.
La belle croissance constatée dans les dernières années devra toutefois être ralentie, puisque le tournoi a pratiquement atteint sa taille maximum avec la présente structure, en plus des terrains qui commencent à manquer en nombre.
«On ne peut plus grandir. Nous organisons le tournoi avec des élèves bénévoles. Pour croître encore, il faudrait un coup de main, un comité avec une plus grande implication. Mais pour ce qui est du financement (de nos propres équipes), le but est atteint.»
Deux formations de la région ont été en mesure de tirer leur épingle du jeu lors de la fin de semaine. Les filles des Gothics des Pionniers se sont inclinés en finale chez les cadettes D3 par la marque de 42-29 alors que les gars des Estacades ont plié l'échine 51-37 en finale du cadet.