Trois olympiens étaient réunis à l’école Laflèche de Shawinigan mardi matin. Dans l’ordre: Kim St-Pierre (hockey), Marcel Jobin (marche olympique) et Elizabeth Hosking (planche à neige).

60 minutes par jour, c’est possible

SHAWINIGAN — Même avec de la volonté, plusieurs parents ne parviennent pas à atteindre les 60 minutes d’activité physique par jour suggérées par Santé Canada pour les enfants. Divers programmes existent pour les aider et Boks Canada en fait partie. L’une de ses représentantes, l’ex-gardienne de but de l’équipe canadienne de hockey, Kim St-Pierre, était à l’école Laflèche de Grand-Mère pour présenter le produit à des techniciennes et des techniciens en service de garde.

C’est grâce à la course et à des mouvements de mise en forme fonctionnels que Boks espère pénétrer dans toutes les écoles primaires du pays. Au Québec, environ 350 maisons d’enseignement ont déjà emboîté le pas. À l’échelle canadienne, ça frise les 1200 écoles.

L’objectif consiste à faire bouger les jeunes avant leur arrivée en classe. Pour Boks, un enfant actif et un enfant attentif, comme plusieurs études l’ont prouvé ces dernières années. Les séances d’activité physique proposées peuvent aussi s’étendre à la récréation, sur l’heure du dîner ou encore après les cours. Mardi matin, les techniciens étaient ciblés, mais le mouvement rejoint également des éducateurs physiques et d’autres enseignants.

«On saute, on court, on fait des redressements assis. Avec Boks, les jeunes n’apprendront pas à jouer au hockey ou au tennis, sauf qu’ils vont se rassembler autour d’activités ludiques. Rassembleur, c’est le mot qu’on entend le plus souvent chez ceux qui utilisent nos services», indique Kim St-Pierre, impliquée chez Boks depuis cinq ans en tant que coordonnatrice au Québec et responsable des affaires. «Le gros de notre travail se concentre dans les grandes villes. Cette année par contre, je vise une meilleure représentation dans les régions.»

Le mouvement Boks a vu le jour dans la région de Boston en 2009, grâce à l’initiative d’une mère de famille. Il a rapidement pris de l’ampleur, si bien qu’en 2019, les écoles intéressées peuvent commander du matériel gratuit afin de suivre la parade. Tout est gratuit en vertu de partenariats entre des entreprises privées et l’Agence de la santé publique du Canada.

Une école qui accepte de joindre le mouvement recevra les informations nécessaires à démarrer le programme, déjà connu dans certaines institutions de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Des cerceaux, des ballons ou des foulards: ça ne pas grand-chose pour allumer un jeune ayant besoin de se dépenser.

«C’est un clé en main. Tu peux adapter Boks pour la classe, le gymnase ou l’extérieur», explique l’éducateur Yves Bolduc, de l’école Immaculée-Conception, qui a adopté le programme il y a trois ans.

Les renseignements sont disponibles au www.bokskids.ca/fr.

Demi-marathon Marcel-Jobin

Présent en matinée à l’école Laflèche, l’olympien Marcel Jobin a invité les éducateurs à rassembler des équipes afin de participer à son événement, le
23e Demi-marathon Marcel-Jobin, prévu à Saint-Boniface le 15 juin. Une course de 1 km figure à l’horaire pour les jeunes coureurs en herbe. Une conférence de presse était d’ailleurs organisée mardi pour mousser l’événement, qui accueillera, pour la première fois au Québec, un championnat provincial extérieur de marche olympique sur la distance de 5 km.

La coprésidence d’honneur a été confiée à l’entrepreneure Vicky Lavigne, vice-présidente du Défi des Demois’Ailes, ainsi qu’à l’olympienne Élizabeth Hosking, originaire de Longueuil. Cette dernière, qui pratique la planche à neige, était la plus jeune athlète de la délégation du Canada aux Jeux d’hiver de PyeongChang en 2018.

St-Pierre sous le choc

La défaite surprise du Canada en demi-finale, 4-2 devant la Finlande, au Championnat mondial de hockey féminin, a ébranlé Kim St-Pierre. Figure de proue de la formation canadienne devant le filet pendant des années, St-Pierre ne croit pas que ce revers surprise soit un signe de déclin. «Le hockey féminin en Finlande se développe bien. C’est difficile à encaisser, mais ce sera une bonne chose pour le sport qu’un troisième joueur arrive avec le Canada et les États-Unis.» 

Le Canada a dû se contenter du bronze au Mondial 2019 et la Finlande a bien failli réaliser l’impossible, en s’inclinant finalement 2-1 face aux Américaines en tirs de barrage. Un but leur a d’ailleurs été refusé en prolongation, ce qui a soulevé une grande controverse. «Elles ont tout de même écrit l’histoire. Les prochaines années ne seront que plus intéressantes pour le hockey féminin.»