Le président et directeur général du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, s’est prêté au jeu de la mise en jeu protocolaire.

« Il faut en faire l’équipe de Trois-Rivières»

Trois-Rivières — Les gradins du Colisée de Trois-Rivières étaient dégarnis, vendredi soir, pour l’affrontement entre les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières et les Badgers de l’Université Brock. Néanmoins, il y avait de la grande visite qui regardait l’action du haut du salon Michel-Bergeron, dont le président et directeur général du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, qui est depuis quelques mois à la tête d’un groupe d’hommes d’affaires ayant comme objectif avoué d’aider l’équipe de hockey trifluvienne à atteindre de nouveaux sommets.

Pour sa première présence officielle au Colisée du terrain de l’Exposition à titre de membre de l’organisation, M. Lamarre était accompagné d’autres membres du groupe qu’il a mis sur pied, notamment l’ancien hockeyeur professionnel et premier choix au repêchage de 1993 de la Ligue nationale de hockey, Alexandre Daigle. Tout ce beau monde a notamment pris part à la mise en jeu protocolaire en début de rencontre.

Aucunement découragé par la faible assistance, le grand manitou d’une des plus grandes entreprises de divertissement au monde a répété qu’il avait la ferme intention de faire en sorte que les Patriotes deviennent un incontournable à Trois-Rivières. Par ailleurs, il aimerait bien être en mesure de se vanter d’avoir assisté un match avec seulement quelques centaines de personnes dans les gradins dans l’ancien Colisée en 2019 lorsque les Patriotes attireront des milliers de spectateurs dans le nouvel aréna présentement en construction au District 55...

«Avec les spectacles que l’on présente à l’Amphithéâtre Cogeco, on a réussi à créer une destination à Trois-Rivières. C’est le même défi qu’on s’est lancé ici. Si les Patriotes sont compétitifs pendant la saison régulière, on espère attirer un millier de personnes pendant les séries. L’objectif, c’est de créer un momentum et d’entrer au nouveau colisée avec un nouvel engouement pour les Patriotes», lance-t-il sur un ton confiant.

Parmi les initiatives sur lesquelles son groupe travaille afin de remplir sa mission, M. Lamarre indique que des projets de promotions, visant notamment à attirer les familles et les jeunes amateurs, sont présentement en chantier.

«On veut améliorer notre relation avec la communauté. Il faut sortir du cadre universitaire. Il faut en faire l’équipe de Trois-Rivières. C’est un défi ambitieux. Mais on est confiant d’y parvenir», poursuit celui qui se dit un fervent amateur de hockey.

Son ami et partenaire dans cette aventure, Alexandre Daigle, abonde dans le même sens. Selon lui, le calibre de jeu du hockey universitaire est relevé et constitue un produit qui mérite qu’on s’y intéresse.

Sur la patinoire, les hommes de Marc-Étienne Hubert sont venus à bout des Badgers 4-3 en prolongation. C’est le joueur recrue Félix Boivin qui a donné la victoire à son équipe en marquant son premier but en carrière dans les rangs universitaires en déjouant le gardien adverse avec l’aide d’un tir frappé.

Hubert n’était vraiment pas heureux à la fin de la rencontre. Il ne s’est d’ailleurs pas gêné pour le faire savoir à ses joueurs à leur retour au vestiaire, et ce, malgré la victoire.

«Nous avons mis du temps à nous mettre en branle en début de rencontre. Nous n’avons pas respecté le plan de match. Nous leur avons accordé trop de chances de marquer. Juste en troisième période, ils ont eu 12 chances de compter contre seulement six pour notre part. On a fait des ajustements cette semaine et ça n’a pas paru», a-t-il indiqué.

Les deux équipes croiseront le fer à nouveau samedi à compter de 15 h, toujours au Colisée.