Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Steve Turcotte

Un flirt qui pourrait se prolonger

CHRONIQUE / Les Cataractes et Gordie Dwyer s’étaient entendus pour un simple flirt. Jamais, toutefois, ils n’auraient cru que ce serait si court!

Avec toutes les activités de la LHJMQ qui ont été annulées jusqu’à la saison prochaine, Dwyer est de retour à l’Île-du-Prince-Édouard avec les siens. Ça fait un bout de temps qu’il est rentré à la maison. Quand il a mis les voiles, il croyait bénéficier d’un week-end de congé, avant de se remettre au boulot afin de planifier les séries. Il sait maintenant que cette escapade sera bien plus longue qu’anticipée.

Sports

Entre vous et moi

Denis Francoeur se souvient...

De la classe, de la discrétion et un intervenant de pointe, l’architecte de hockey DENIS FRANCOEUR a influencé la carrière de plusieurs hockeyeurs. Faisons un retour dans le temps et plus encore avec celui qui a dirigé quelque 250 joueurs pendant trois décennies, dont dix saisons avec les Cataractes de Shawinigan.

D’entrée de jeu, disons qu’une belle brochette de hockeyeurs qui ont joué sous les ordres du résident de Saint-Boniface ont atteint la LNH. Il s’agit de PASCAL DUPUIS, STÉPHANE ROBIDAS, RADIM VRBATA, MARC-ANDRÉ BERGERON, JASON POMINVILLE, MATHIEU BIRON, ZBYNEK MICHALEK, ALEX BURROWS, OLIVIER MICHAUD, PASCAL PELLETIER et MATHIEU CHOUINARD.

Sports

Décès d’Aimé Breault, un pionnier du tir à l’arc en Mauricie

Trois-Rivières — Le monde du tir à l’arc au Québec est en deuil. Le Trifluvien Aimé Breault, un bâtisseur de ce sport, est décédé en début de semaine à 88 ans.

Cofondateur de la Fédération de tir à l’arc du Québec, M. Breault aura consacré une grande partie de sa vie à cette discipline. Sa passion était née au cours des années 50. Tout au long de sa carrière, il aura marqué plusieurs générations d’archers, amenant certains d’entre eux jusqu’aux Championnats du monde de même qu’aux Jeux olympiques.

Sports

Retard au nouveau Colisée: un sursis pour l’aréna Talbot?

Trois-Rivières — Le retard annoncé dans la livraison du nouveau Colisée de Trois-Rivières pourrait avoir un impact sur les heures de glace disponibles, quand la vie reprendra son cours normal. Dans ces circonstances, il n’est pas impossible que la démolition de l’aréna Jean-Guy-Talbot soit reportée.

Le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche a reconnu, jeudi, que la suspension des travaux au District 55 forcera la Ville à faire preuve de créativité, au moment où les activités des associations de hockey mineur et des clubs de patinage artistique, pour ne nommer que ceux-là, reprendront leurs activités.

Sports

Hugo Houle vit son confinement à Monaco

TROIS-RIVIÈRES — Comme une cinquantaine de cyclistes de niveau international, c’est à Monaco, où il est établi depuis janvier, que le Québécois Hugo Houle vit sa période de confinement.

«C’est le même principe qu’en France: tu peux sortir de chez toi seulement si c’est nécessaire, donc pour te nourrir ou pour une question médicale», explique l’athlète originaire de Sainte-Perpétue.

Sports

Senior AAA: des séries... cet été?

TROIS-RIVIÈRES — Joueurs, entraîneurs et gouverneurs de la Ligue de hockey senior AAA du Québec devront bientôt statuer à savoir s’ils poursuivent ou non leurs séries. Conscients que les maux du circuit figurent loin derrière les préoccupations des amateurs, certains dirigeants proposeront l’idée de terminer les éliminatoires plus tard cet été, si bien sûr les rassemblements sont permis.

Contrairement à la LHJMQ ou la Ligue nord-américaine de hockey, les bonzes de la LHSAAAQ préfèrent encore se garder une marge de manœuvre avant de faire un trait sur 2019-20. Les demi-finales étaient commencées au moment où le gouvernement Legault a déclaré l’état d’urgence sanitaire.

Sports

Ronger son frein entre quatre murs

TROIS-RIVIÈRES — Andréanne Langlois reste à cinq minutes de distance en voiture du Complexe sportif Alphonse-Desjardins. Si elle emprunte une autre direction, le Club de canoë-kayak de Trois-Rivières est aussi à cinq minutes de chez elle. Pourtant, elle se sent bien loin de ces deux endroits, où elle passe une bonne partie de ses journées... en temps normal.

La Trifluvienne d’adoption ne peut s’empêcher de sourire en repensant à la situation, à la limite de l’absurde.

Sports

Éric Bédard, un remplaçant de luxe!

TROIS-RIVIÈRES — Même à l’autre bout du monde, Éric Bédard n’a jamais renié ses origines. Le quadruple médaillé olympique continuera de redonner à sa région, dans les mois à venir, puisqu’il a accepté le poste d’entraîneur-chef du programme Sport-études en patinage de vitesse, à l’Académie les Estacades.

Bédard remplacera Simon Cuillerier-Serre, qui a quitté la structure ainsi que le club des Élans de Trois-Rivières pour une réorientation professionnelle.

Sports

Le hockey junior en mode survie

CHRONIQUE / Prenez une photo du classement général de la LHJMQ.

Il se pourrait bien qu’à la reprise des activités, dans quelques mois, la composition de la ligue soit différente.

Sports

Soutirer le positif du confinement...

Trois-Rivières — Chacun à notre façon, on tente de soutirer du positif de la crise sanitaire qui ébranle le globe. La boxeuse de Shawinigan Tammara Thibeault, qui devait participer aux qualifications olympiques cette semaine en Amérique du Sud, trouve un certain réconfort à la résidence familiale, où son père Patrick supervise de nouveau une partie de son entraînement.

Médaillée de bronze des Championnats mondiaux de boxe chez les moins de 75 kg l’automne dernier, Thibeault vit le confinement avec ses proches, en Mauricie. Il y a quelques années, elle avait déménagé à Montréal pour se rapprocher des installations de Boxe Canada, dans le but avoué de remporter une médaille aux Jeux olympiques.

Sports

«Nous avons tous le cœur brisé»

Trois-Rivières — La COVID-19 a passé le K.-O. au hockey junior.

À travers les 18 marchés de la ligue présidée par Gilles Courteau, la déception est palpable. Shawinigan ne fait évidemment pas exception. Le président des Cataractes, Roger Lavergne, avait des trémolos dans la voix lorsqu’il a été appelé à commenter la décision des autorités de la Ligue canadienne de mettre un terme à leurs activités cette saison.

Sports

15e Gala Femmes d’influence en sports au Québec: une Trifluvienne finaliste

Trois-Rivières — La Trifluvienne Élodie Bertin Comeau ne s’en laisse pas impressionner sur un terrain de rugby. L’athlète membre des Diablos du Cégep de Trois-Rivières et des Braves de Trois-Rivières au niveau civil a été nommée finaliste dans le volet jeunesse du 15e Gala Femmes d’influence en sports au Québec.

«C’est vraiment un sentiment de reconnaissance des efforts que j’ai faits pour un sport qui me tient à cœur. Je passe beaucoup de temps à pratiquer et participer au développement de ce sport-là en Mauricie pour permettre une continuité aux athlètes», confie l’étudiante en Sciences, Lettres et Arts au Cégep de Trois-Rivières.

Sports

Laurence Vincent Lapointe se sent moins isolée

Trois-Rivières — Elle vit certainement une situation paradoxale: en cette période de confinement, Laurence Vincent Lapointe se sent moins isolée que pendant les mois d’incertitude ayant suivi son contrôle positif à un test antidopage, à l’été 2019.

Comme ses coéquipières de l’équipe canadienne de canoë-kayak, l’athlète de 27 ans est revenue de la Floride depuis quelques jours déjà. En isolement volontaire avec ses parents et son petit chien, elle tente de tirer le maximum à l’entraînement d’une situation toute sauf évidente.

Sports

Le CIO doit se brancher, estime Marilou Duvernay-Tardif

Marilou Duvernay-Tardif venait tout juste d’apprendre qu’elle n’avait pas été retenue par l’équipe canadienne d’aviron pour participer aux Jeux olympiques de Tokyo. Tout de même, elle approuve à 100% la décision du Comité olympique canadien de refuser d’envoyer une délégation aux Jeux de Tokyo l’été prochain, si Jeux bien sûr il y a.

«Les gens disent : ‘Il faut penser à la santé et à la sécurité des athlètes’ et c’est vrai, dit-elle. Mais il faut aussi penser à la santé de la population en général. Les Jeux, ce sont des rassemblements monstres, ne l’oublions pas.»

Marilou comprend aussi le casse-tête des dirigeants du Comité international olympique. Reporter les Jeux olympiques, on s’entend, ce n’est comme reporter un match des Inouk.

«C’est une décision qu’ils ne doivent pas avoir envie de prendre car les Jeux, c’est tellement gros. Mais ils n’ont pas le choix. On ne peut pas faire comme si rien n’était présentement.»

On a joint Marilou sur l’île de Victoria, en Colombie-Britannique, là où les membres de l’équipe canadienne d’aviron s’entraînent. Étonnamment, d’ailleurs, l’équipe canadienne n’a fermé son complexe d’entraînement que dimanche soir.

«Il y a moins de cas sur l’île que dans le reste de la province, mais il y en a quand même», explique la sœur du footballeur et champion du Super Bowl Laurent Duvernay-Tardif.

Ce qu’on comprend, c’est que la vie suivait son cours presque normal au sein de l’équipe canadienne d’aviron jusqu’à dimanche. Mais voilà, l’ancienne étudiante du cégep de Granby, qui s’est entraînée à Lac-Brome pendant un moment, cherche maintenant la meilleure façon de rentrer au Québec.

«Je regarde toutes les options. C’est certain qu’avec tout ce qui se passe, j’ai envie d’être proche des miens.»

Les athlètes ont mal

Marilou Duvernay-Tardif venait d’apprendre, on le répète, qu’elle n’irait pas aux Jeux de Tokyo. Mais elle affirme comprendre tout à fait que la décision du Comité olympique canadien est crève-cœur pour tous les athlètes qui se préparaient depuis des années pour ce grand rendez-vous.

«Les athlètes sont d’accord, ils comprennent, mais ils ont mal, c’est certain, dit-elle. C’est une situation particulière, que personne n’aurait pu prévoir il y a quelques mois à peine.»

Mais Marilou pense aussi à tous les autres athlètes dans le monde qui sont actuellement dans l’incertitude.

«L’incertitude, y’a rien de pire que ça. Et c’est dur sur la motivation quand tu ne sais pas ce qui t’attend. Ce que je souhaite, c’est que le Comité international olympique se branche rapidement. Pour le bien des athlètes.»

Ceci dit, elle est plutôt fière que le Canada ait été le premier pays à faire connaître ses intentions.

«C’est une belle preuve de leadership. Maintenant, plusieurs pays vont suivre.»

BESSETTE: «LA BONNE DÉCISION POUR LES ATHLÈTES»

La députée Lyne Bessette, qui a elle-même représenté le pays deux fois aux Jeux olympiques, affirme que le Comité olympique canadien a pris «la bonne décision pour les athlètes» en décidant de ne pas envoyer de délégation aux Jeux de Tokyo, à moins d’un report.

L’ex-cycliste, qui représente les électeurs de Brome-Missisquoi à la Chambre des communes, n'a toutefois pas voulu aller plus loin dans ses commentaires en ajoutant, via courriel, qu'elle avait appuyé le mouvement canadien qui questionnait plus que sérieusement la tenue des Jeux de Tokyo. Michel Tassé

Sports

Jeux olympiques de Tokyo: le Canada n’ira pas en 2020

TROIS-RIVIÈRES — Le Canada est devenu, tard dimanche, le premier pays à confirmer qu’il n’enverra pas d’athlètes à Tokyo, en juillet 2020, si les Jeux olympiques devaient s’y dérouler, malgré la pandémie de coronavirus qui bouleverse le monde.

C’est au terme de longues discussions, échelonnées sur quelques jours, que le Comité olympique canadien (COC) a fait savoir sa décision aux athlètes, puis aux médias par cle biais d’un communiqué.

Sports

L’oasis de Jean-Philippe Parr

TROIS-RIVIÈRES — Ce n’est pas la COVID-19 qui va empêcher Jean-Philippe Parr de se préparer pour la prochaine saison de golf.

L’adolescent de 15 ans natif de Saint-Célestin est rentré en milieu de semaine au domicile familial, après avoir eu le privilège de passer un mois dans les quartiers généraux de Golf Canada, à Victoria.

Sports

Mise en forme en ligne

TROIS-RIVIÈRES — À défaut de pouvoir réunir les jeunes pour la prochaine saison, Baseball CRM et l’Académie les Aigles s’unissent pour présenter des capsules de mise en forme cette semaine.

Sur la page Facebook des deux groupes, à 9h30, des entraîneurs invités seront disponibles en direct pour guider les jeunes. Lundi, Raphaël Gladu et Jean-Philippe Martin briseront la glace.

Sports

Coronavirus: Lewis Hamilton confiné mais pas malade

LONDRES — Le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton s'est confiné depuis une semaine, par précaution après avoir côtoyé des personnalités infectées par le coronavirus, même s'il n'est pas malade, a-t-il annoncé samedi.

«Je veux que vous sachiez que je vais bien», déclare dans un communiqué posté sur son compte Twitter le Britannique de 35 ans, ajoutant n'avoir «pas de symptômes du tout» pour couper court aux spéculations sur sa santé.

Le sextuple champion du monde a participé il y a 17 jours à une soirée en présence notamment de l'acteur Idris Elba et de l'épouse du Premier ministre canadien, Sophie Grégoire-Trudeau, testés depuis positifs au Covid-19.

La période d'incubation, soit le temps entre la contamination par le virus et l'apparition des premiers symptômes de maladie qui a fait plus de 4000 morts dans le monde, est estimée entre un et 14 jours par l'Organisation mondiale de la santé.

«J'ai aussi parlé à mon médecin et lui ai redemandé s'il fallait que je sois testé, mais il n'y a pas beaucoup de tests disponibles et il y a des gens qui en ont plus besoin que moi», a ajouté le pilote, à l'isolement depuis le 13 mars, date de l'annulation du Grand Prix d'Australie.

Sports

Samuel Girard doute d’une reprise prochaine

Avec l’arrêt des activités dans la Ligue nationale de hockey, le défenseur Samuel Girard est de retour dans son patelin de Roberval. Présentement en quarantaine volontaire, le numéro 49 de l’Avalanche du Colorado garde la forme comme il le peut, bien conscient que la pause pourrait se prolonger.

Samuel Girard ne profite pas de passe-droit parce qu’il est un joueur de hockey. Comme il est revenu lundi des États-Unis, il se plie présentement à la directive d’isolement tout en continuant son entraînement hors glace dans le sous-sol de la maison familiale.

Steve Turcotte

Une industrie qui retient son souffle

CHRONIQUE / La pluie de vendredi a dégraissé l’accumulation de neige en Mauricie. Avec ce mercure qui grimpe doucement, il doit y avoir pas mal de mordus de la petite balle blanche qui ont commencé à jaser avec leur décocheur d’allée!

Ils devront prendre leur mal en patience.

Sports

Entre vous et moi

222 équipes au dekhockey 3R

Sous la férule de MARIO GERVAIS et JULIO COUTURE, la discipline dekhockey a connu une saison faste au CSAD.

Sports

Les e-sports comme planche de salut

Que faire alors que presque tous les événements sportifs ont été annulés en raison de la pandémie de la COVID-19?

Plusieurs adeptes de compétition pourraient être tentés de se tourner vers les sports électroniques, ou e-sports, dont la nature même fait qu’ils sont pratiqués en ligne, dans le confort du foyer.

«Est-ce que deux semaines d’isolement seront suffisantes à faire gagner des adeptes aux e-sports? Une chose est certaine, il y a plus de gens qui vont se tourner vers les jeux vidéo! Est-ce que ça en incitera plusieurs à joindre une ligue de e-sports ou à tenter une carrière dans les sports électroniques? Ça, l’avenir nous le dira! Mais si l’isolement dure plus longtemps, je crois que oui», affirme Louis-David Lalancette-Renaud, président de la Fédération québécoise de sports électroniques (FQSE).

Il cite du même souffle le cas de son grand-père, déçu de ne plus pouvoir suivre les matchs de hockey à la télé.

«Je lui ai dit que je lui montrerais comment jouer à des jeux vidéo en ligne avec la plateforme Twitch!»

M. Lalancette-Renaud précise cependant d’entrée de jeu que certains aspects de la culture e-sports sont malgré tout touchés par les mesures d’isolement actuelles. Les ligues collégiales et secondaires sont en pause puisque les personnes responsables sont liées aux écoles, qui sont fermées. Des organisations ont aussi annulé des tournois ou matchs événementiels où les membres se rencontraient physiquement au même endroit.

Événements et formations

Cependant, comme la majeure partie des e-sports se déroule en ligne, leurs activités pourront se poursuivre peu importe les mesures d’isolement mises en place pour contrer la COVID-19. «Plusieurs organisations préparent d’ailleurs des événements non officiels en ligne pour conserver l’intérêt. De notre côté, on offre des activités sur comment gérer ses matchs, ses habitudes de jeu, on essaie d’offrir de la formation aux gamers», poursuit le président de la FQSE.

C’est qu’au Québec, comme ailleurs dans le monde, les e-sports sont en croissance, représentant des retombées de 1 milliard $ à travers la planète l’an dernier.

«Le dernier tournoi international du jeu en ligne League of Legends a fait mieux que la LNH ou la NBA. La majorité des événements sportifs électroniques obtiennent d’ailleurs plus de vues que les finales de la Coupe Stanley ou la Série mondiale au baseball. En fait, il n’y a que le Super Bowl que les e-sports n’arrivent pas à surpasser», reprend M. Lalancette-Renaud.

Encadrement et santé

Par les services qu’elle offre, la FQSE souhaite contribuer à ce que la pratique des e-sports soit beaucoup plus encadrée pour ceux qui veulent y exceller, et peut-être même participer à des événements et remporter des bourses. 

«Il ne s’agit pas seulement de passer des heures devant un écran! Il faut de bonnes habitudes de vie, avoir accès à un formateur et à des entraînements encadrés, il faut aussi de la théorie. Il est également important de bien manger et bien dormir et d’avoir une bonne forme physique pour avoir de bons réflexes», explique-t-il.

M. Lalancette-Renaud pratique le sport électronique depuis la fin des années 90 et a constaté de près l’évolution de cette discipline. «À l’époque, rien n’existait pour nous encadrer et plusieurs ont développé le syndrome du tunnel carpien ou des maux de dos. Heureusement, aujourd’hui, il y a beaucoup de bonnes pratiques qui sont connues et qui ne servent pas seulement à ceux qui veulent faire carrière dans les e-sports, mais à tous ceux dont l’emploi se pratique devant un écran.»

Le président de la FQSE discute d’ailleurs souvent avec des jeunes qui sont déçus de leur performance même s’ils jouent beaucoup.

«Il faut leur faire comprendre que la forme physique demeure extrêmement importante car quand tu joues à un jeu vidéo, tu fonctionnes sur tes réflexes.»

Sports

Gaillardetz choisit Notre-Dame… pour l’instant

Trois-Rivières — Le receveur du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph Xavier Gaillardetz a choisi de porter les couleurs du Campus Notre-Dame-de-Foy (CNDF) en division 1 de la ligue collégiale de football.

L’athlète de Trois-Rivières se garde toutefois une porte ouverte pour les États-Unis, car il souhaite réaliser son rêve de jouer en première division de la NCAA.

Sports

Du Rocher joint la LHPS

Trois-Rivières — L’école secondaire du Rocher de Shawinigan joint la Ligue de hockey préparatoire scolaire du Québec. Les Braves évolueront dès la saison prochaine dans au moins six catégories.

«L’acceptation de votre organisation au sein de la LHPS dénote une reconnaissance marquée en ce qui a trait à la qualité de vos différents intervenants et à celle de votre programme offert pour vos élèves athlètes», a mentionné le président de la LHPS, Louis Simard, au sujet des Braves de l’école du Rocher.

Sports

Bouger au temps de la COVID-19

Trois-Rivières — Ces derniers jours, notre quotidien est totalement chamboulé par une crise sans précédent. Ceux qui le peuvent travaillent de la maison et les parents font tout en leur possible pour que les enfants vivent leur enfance. Mais qu’en est-il du sport dans tout ça? Comment peut-on continuer à bouger en cette période de pandémie, de confinement et de distanciation sociale?

«Il faut tenter de maintenir le plus possible la fréquence d’activité physique que nous avions avant. Si nous avions l’habitude de nous entraîner ou faire du sport deux ou trois fois par semaine, c’est bien de continuer de le faire», mentionne d’emblée la kinésiologue Geneviève Leclerc, entraîneuse-chef au centre Énergie Cardio de Trois-Rivières.

Sports

Midget AAA: bientôt les grandes décisions

Trois-Rivières — La Ligue midget AAA a annulé le reste de ses activités. La LHJMQ a mis une croix sur le Challenge Gatorade.

Pour les joueurs admissibles à la prochaine séance de sélection du circuit Courteau, les jeux sont donc faits et les dépisteurs devront les classer à partir de ce qu’ils ont vu au cours des derniers mois.

LHJMQ

Le repêchage 2020 de la LHJMQ se tiendra en ligne

Après avoir annoncé la fin de la saison régulière, mardi, la Ligue de hockey junior majeur du Québec a laissé savoir, mercredi, que la séance de sélection qui devait avoir lieu à Sherbrooke, le samedi 6 juin, se tiendrait plutôt en ligne.

De plus, la LHJMQ a aussi pris la décision d’annuler les assises annuelles qui devaient aussi se tenir à Sherbrooke, du 3 au 5 juin, en marge du repêchage. Des réunions avec les membres ainsi que des rencontres avec le personnel hockey et administratif des équipes étaient au menu.

Ces deux décisions s’ajoutent à celles prises, mardi, à l’effet que la saison 2019-2020 était désormais terminée en raison de la pandémie de la COVID-19. Même chose pour le Gala des Rondelles d’Or, le New England Showcase, le Défi d’excellence Gatorade et le camp de développement des gardiens de but.

Pour ce qui est de la loterie, qui déterminera l’ordre des cinq premières équipes à parler au prochain repêchage, elle n’aura pas lieu le 25 mars et a été reportée. Les Remparts de Québec se retrouvent dans le boulier, tout comme le Titan d’Acadie-Bathurst, les Mooseheads d’Halifax, les Olympiques de Gatineau et les Sea Dogs de Saint-Jean. Notez que Gatineau détient les droits sur les choix de Bathurst et Halifax.

Pour l’instant, la date du 6 mars pour tenir le repêchage est toujours maintenue, selon le directeur des communications de la LHJMQ, Maxime Blouin. L’événement en ligne suivrait de quelques jours la conclusion de la Coupe Memorial, si ce tournoi devait avoir lieu comme prévu, du 22 au 31 mai, à Kelowna.

Ces derniers jours, la Ligue canadienne de hockey, qui chapeaute les trois circuits de hockey junior (Québec, Ontario et Ouest) au pays a laissé savoir qu’elle suivait les recommandations des autorités compétentes tout en espérant pouvoir présenter l’événement tel que prévu.

La dernière séance de sélection et les assises annuelles avaient eu lieu à Québec, en 2019. L’attaquant Joshua Roy, un produit des Chevaliers de Lévis, avait été le tout premier choix de la journée par les Sea Dogs de Saint-Jean.

Sénateurs

Un joueur des Sénateurs infecté par la COVID-19

Les Sénateurs d’Ottawa ont annoncé tard en soirée mardi qu’un joueur de l’équipe a contracté le coronavirus (COVID-19).

Après avoir subi un contrôle positif, le joueur qui n’a pas été identifié est présentement isolé alors qu’il ne présenterait que «des symptômes légers», a fait savoir le club par voie de communiqué.

«En collaboration avec les médecins de l’équipe et les officiels de la santé publique, les Sénateurs d’Ottawa ont entrepris d’aviser tous ceux qui ont été sciemment en contact avec l’athlète. À la suite de ce test positif, tous les membres des Sénateurs d’Ottawa sont priés de rester en isolement, de surveiller leur santé et de demander l’avis du personnel médical de l’équipe», est-il ajouté dans la missive.

«La santé de nos joueurs, de nos partisans et de la collectivité reste notre plus grande priorité. Nous continuerons de faire tout en notre pouvoir pour contribuer à assurer que nos joueurs, notre personnel, nos partisans et la collectivité en général restent en sécurité et en santé pendant cette période d’incertitude causée par la propagation du coronavirus.»

Il s'agit du premier cas confirmé de coronavirus dans la LNH, dont la saison a été interrompue jeudi dernier, après que la NBA ait annoncé l'interruption de sa saison après qu'un premier joueur, Rudy Gobert, du Jazz de l'Utah, ait contracté le virus.

Jeudi dernier, les Sénateurs sont rentrés dans la capitale après avoir joué trois matches en Californie, à commencer par celui du 7 mars à San Jose alors que les dirigeants du comté de Santa Clara avaient recommandé aux Sharks de ne pas tenir d’événements publics alors que la pandémie commençait à frapper dans la région.

Après une journée de congé passée dans la région de Los Angeles le lendemain, ils ont ensuite joué à Anaheim le 10 et Los Angeles le 11. 

La veille du dernier match dans la LNH avant la pause actuelle, le Staples Center avait été l’hôte d’un match opposant les Lakers aux Nets de Brooklyn, et ces derniers ont annoncé mercredi qu’ils avaient quatre joueurs ayant subi des contrôles positifs pour le COVID-19, incluant leur joueur vedette Kevin Durant. Les Sénateurs auraient utilisé le même vestiaire que les Nets lors de leur visite.

Sports

Fin d’une époque

COMMENTAIRE / Depuis vingt ans, le duo Tom Brady et Bill Belichick incarne l’efficacité. Ils ont ensemble redéfini le mot victoire dans la NFL.

Rarement spectaculaire sur le terrain, Tom Brady est un des meilleurs sinon le meilleur quart arrière de l’histoire. Ses six bagues du Super Bowl en témoignent. Brady est aussi l’archétype d’un joueur de concession. Depuis qu’il a ravi le poste de quart à Drew Bledsoe en 2001, il est devenu la fondation des Patriots.