Sports

Can-Am: les Aigles devront s’ajuster

Trois-Rivières — Les Aigles ont fait un pas de côté dans leur recrutement, ces derniers jours, en apprenant que les vétérans Victor Roache (voltigeur) et Dustin Geiger (premier-but) ont reçu des offres du baseball affilié pour poursuivre leur carrière.

Ces deux joueurs devaient originellement se rapporter au club trifluvien de la Ligue Can-Am en mai. Or, Roache, un ancien choix de première ronde des Brewers de Milwaukee, a accepté une offre des Cards de St. Louis pour s’aligner dans le compétitif réseau AA, tandis que Geiger prendra part au camp des Generales de Durango, au Mexique. Sur le plan monétaire, cette avenue est beaucoup plus intéressante que la Can-Am.

Sports

«Le mode urgence doit embarquer»

Shawinigan — Les Cataractes n’ont plus que 10 matchs à leur disposition pour rattraper les Foreurs de Val-d’Or, installés au 16e et dernier rang donnant accès aux séries avec cinq points de priorité.

Ce dernier droit s’amorce vendredi soir avec la visite de l’Armada de Blainville-Boisbriand, meneur du classement général. Dur de trouver une commande plus lourde! «Le mode urgence doit embarquer sinon on va manquer de temps, prévient le pilote Daniel Renaud, qui peut s’encourager avec le fait que son club a surpris l’Armada au début janvier. «Après cette défaite, l’Armada a collé 17 matchs sans perdre en temps réglementaire, avant de s’incliner mercredi à Sherbrooke», rappelle Renaud. «C’est sûr que c’est un gros match. Mais ils sont tous gros pour nous d’ici la fin de la saison.»

Sports

«Je vais le torturer pendant 12 rounds»

Montréal — En vacances dans le Sud, Simon Kean a quand même accepté de livrer ses commentaires à la suite de l’officialisation de son duel avec Adam Braidwood. Le Trifluvien attend ce moment depuis un an, et il se promet d’en profiter.

«Ça fait tellement longtemps que je veux régler ce dossier-là. Les gens ne me parlent que de lui, Braidwood. Enfin, je vais pouvoir mettre ça derrière moi. Je sais que les gens ont hâte. Mais celui qui a le plus hâte à juin, c’est moi!», lance l’olympien. «Je vais lui faire payer très chèrement toutes ses niaiseries sur les médias sociaux. Croyez-moi, je suis très très motivé.»

Sports

Un choc défensif au menu

Trois-Rivières — Les préposés à l’entretien des arénas à Trois-Rivières et Lévis ne devraient pas manquer de globes pour les lumières rouges lors de la série quart de finale qui opposera les Estacades aux Chevaliers.

Cet affrontement de deuxième tour mettra aux prises les deux meilleures défensives de la Ligue de hockey midget AAA en 2017-2018. Un seul but a d’ailleurs permis à Lévis de ravir le titre de front défensif le plus étanche aux Trifluviens qui détenaient cette couronne depuis la saison dernière.

Sports

Les Draveurs sur la route

Trois-Rivières — La saison tire à sa fin dans la Ligue nord-américaine de hockey. À Trois-Rivières, les Draveurs ont encore quatre matchs au menu d’ici les séries, dont deux sur la route en fin de semaine.

Les hommes d’Alain Côté voyageront d’abord du côté de Rivière-du-Loup vendredi soir, avant une escale à Thetford Mines le lendemain. Coincés au dernier rang depuis plusieurs semaines, les Draveurs n’ont plus d’espoir de remonter au classement. Ces quatre derniers matchs serviront donc à préparer le terrain en vue des séries, qui s’amorceront sans doute face à leurs rivaux naturels de Sorel-Tracy. Les deux formations s’affronteront le 2 mars prochain, avant la joute finale de la campagne face aux Marquis de Jonquière, le lendemain au Colisée de Trois-Rivières.

Sports

Ça change vite...

Et dire que ces deux équipes s’affrontaient au premier tour des séries il n’y a pas un an!

Les experts avaient osé prédire que la formation qui éliminerait l’autre mériterait son laissez-passer pour la finale de l’Est, tant le chemin semblait pavé jusqu’à la troisième ronde.

PyeongChang 2018

Ann-Renée Desbiens, médaillée d'argent... dans les gradins

GANGNEUNG — Le match de la médaille d’or entre les hockeyeuses canadiennes et américaines venait à peine de prendre fin et déjà un débat était soulevé : une telle finale devrait-elle se conclure par des tirs de barrage?

Du côté canadien, on aurait préféré une autre façon de trancher le débat, mais on ne s’en plaignait pas. Du côté américain, on se doute bien que le sujet n’était pas à l’ordre du jour.

«Bonne question! Évidemment, c’est difficile de s’incliner en tirs de barrage. Je pense que ça devrait être une prolongation jusqu’à ce qu’il y ait un gagnant», répondait Marie-Philip Poulin, auteure d’un but en or en finale, il y a quatre ans, à Sotchi.

L’entraîneure-chef de l’équipe canadienne, Laura Schuler, acceptait le résultat, mais si on lui donnait la possibilité d’écrire les règles du jeu, elle changerait la formule en cas d’égalité après trois périodes. «Si j’en avais le pouvoir, je préférerais que l’on poursuive la prolongation, à tout le moins pour une deuxième prolongation de 20 minutes», disait-elle, en point de presse.

Le Canada avait disputé plusieurs matchs ayant nécessité des tirs de barrage dans sa préparation contre des équipes de calibre midget AAA de l’Alberta. Et bien souvent, les filles parvenaient à avoir le dessus.

À titre de gardienne de but, Ann-Renée Desbiens a souvent fait face à cette situation dans le passé. Mais de mémoire, ce n’était pas arrivé contre les États-Unis, du moins depuis qu’elle s’aligne avec l’équipe canadienne.

«On pratique un sport d’équipe, mais c’est dommage qu’à la fin, ce soit une compétition individuelle qui décide du sort du match pour la médaille d’or», prétendait l’athlète de La Malbaie.

Elle n’était pas en uniforme pour ce match décisif. On lui avait préféré Shannon Szabados, brillante devant le filet, notamment en prolongation. Son adjointe était Geneviève Lacasse.

Triste

Desbiens a joué un match dans le tournoi lors d’une victoire contre les athlètes olympiques de la Russie. Elle a revêtu son uniforme en fin de match afin de recevoir sa médaille en compagnie de ses coéquipières. Elle l’avait regardé des gradins, où elle était assise avec ses parents.

«Tu n’as pas l’impression de pouvoir faire grand-chose pour aider tes coéquipières. Ce n’est pas la situation que l’on préfère, mais ça fait partie de la vie de gardien de but. Les filles ont bien performé, c’est triste que ça se décide comme ça.»

Desbiens a apprécié son expérience olympique, mais ignore la suite des choses, à court terme. «Ç’a été un rêve de représenter mon pays aux Jeux. Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire après, à part qu’on va y aller au jour le jour… et se reposer un peu», disait celle qui faisait partie de la centralisation de l’équipe à Calgary.

Si le Canada a perdu l’or, elles auront participé à une grande victoire, celle de la progression du hockey féminin. Il y avait de l’émotion, de l’intensité, de la vitesse et du talent sur la patinoire du Centre de hockey de Gangneung.

«Chaque fois qu’on affronte les Américaines, vous savez que ce sera une dure bataille. Et ç’a encore été le cas jusqu’au dernier lancer. Ce match montre à quel point le hockey féminin a progressé, ces dernières années», soulignait Poulin, la femme la plus populaire de Beauceville.

La qualité du spectacle lui donnait raison!

***

UN RÉSULTAT QU'ON N'OUBLIE PAS

Les joueuses de l’édition 2018 de l’équipe canadienne de hockey féminin devront s’y faire : on n’oublie jamais un tel résultat. Leur entraîneure-chef Laura Schuler a vécu la même chose lorsqu’elle s’alignait pour la formation à la feuille d’érable aux JO de Nagano, en 1998. Les mois qui suivent n’effacent jamais ce souvenir.

«Combien ça prend de temps pour oublier? Ça ne disparaît jamais. Avec le temps, on voit la lumière au bout du tunnel, mais ça reste en nous. Il y a une partie de soi qui te fait croire que vous avez laissé tomber le pays. Mais il y a du positif à en tirer. ll faut toujours être fier d’avoir une médaille, ça n’arrive pas à tout le monde. Dans les années à venir, les filles pourront la regarder et se dire qu’elles ont tout donné, mais pour l’instant, c’est normal qu’elles soient déçues et tristes», racontait Schuler avec sagesse.

PyeongChang 2018

Osmond décroche le bronze et le Canada bat son record de médailles

GANGNEUNG — La Canadienne Kaetlyn Osmond n'a commis qu'une légère faute dans le programme libre aux Jeux olympiques de Pyeongchang, jeudi, mais rien de trop grave pour l'empêcher de remporter la médaille de bronze en patinage artistique.

Son pointage de 152.15, lui a permis d'obtenir un score cumulatif de 231.02 points. Elle a notamment été parfaite sur les combinaisons de sauts triple flip, triple boucle piqué ainsi que double Axel, triple boucle piqué.

La médaille de Kaetlyn Osmond est la 27e remportée par le Canada depuis le début des jeux, un nouveau record pour le pays, qui avait récolté 26 médailles aux Jeux de Vancouver, en 2010.


Tout juste avant Kaetlyn Osmond, la meneuse du programme court l'athlète olympique de Russie Alina Zagitova, a été sublime récoltant 156.65 points pour un total de 239.57 points au cumulatif. Ce qui lui a permis de décrocher l'or.


Sa compatriote, Evgenia Medvedeva a été tout aussi parfaite, mais a dû se contenter de la médaille d'argent en vertu d'un pointage de 156,65 points pour un total de 238,26 points.


En 7e position après le programme court, la Canadienne Gabrielle Daleman a connu une première moitié de programme libre catastrophique. Patinant sur le «Rhapsody in Blue» de Gershwin, l'athlète ontarienne de 20 ans a chuté trois fois, dont deux sur des tentatives de triple Lutz. Ses erreurs lui ont valu quatre points de déductions. Elle a obtenu une note de 103,56 points dans le programme libre pour un pointage cumulatif de 172,46.

Sports

Alex Bellemare à Vallée du Parc

Fraîchement rentré de PyeongChang, où il a terminé 22e en ski slopestyle, Alex Bellemare sera de passage à Vallée du Parc, samedi entre 13 h et 14 h pour prendre un bain de foule.

PyeongChang 2018

Les JO en bref

LES QUÉBÉCOIS EN ACTION VENDREDI

Patinage de vitesse, finale 1000 m hommes, 5h* : Laurent Dubreuil (Lévis), Alexandre St-Jean (Québec)

Hockey masculin, demi-finale c. Allemagne, 7h10 : Marc-André Gragnani (Montréal), Maxim Lapierre (Saint-Léonard), Maxim Noreau (Montréal), Kevin Poulin (Montréal)

Surf des neiges, qualifications et finale, slalom géant parallèle hommes, 19h : Jasey-Jay Anderson (Mont-Tremblant)

Bobsleigh à quatre, descentes 1 et 2, à compter de 19h30 : Samuel Giguère (Sherbrooke, réserviste)

Surf des neiges, finale big air hommes, 20h : Maxence Parrot (Bromont), Sébastien Toutant (Repentigny)

Ski alpin, finale par équipes, 21h : Laurence St-Germain (St-Ferréol-les-Neiges), Valérie Grenier (Mont-Tremblant)

Ski de fond, 50 km hommes, minuit : Alex Harvey (Saint-Ferréol-les-Neiges)

*heure du Québec

***

TABLEAU DES MÉDAILLES

Pour consulter le tableau des médailles en temps réel, cliquez ici.

***