Raif Badawi

Venez soutenir Raif Badawi ce samedi à Trois-Rivières!

C'est avec une vive émotion que je vous donne rendez-vous le samedi 30 septembre au parc Champlain à 13 h 30 pour un événement de solidarité que j'organise en appui à Raif Badawi avec le soutien de nombreux écrivains, poètes de la Mauricie ainsi que plusieurs citoyens sensibles à sa condition.
Cet événement se tiendra en présence d'Ensaf Haider, l'épouse du blogueur emprisonné, de leurs trois enfants Najwa, Dodi et Miriyam Badawi, et de plusieurs personnalités publiques de notre ville qui prendront la parole dont Gaston Bellemare, président de P.E.N. Québec et du Festival international de la poésie de Trois-Rivières, le poète Guy Marchamps et plusieurs autres membres de la Société des écrivains de la Mauricie.
Qui n'a pas encore entendu parler de Raif Badawi, notre frère en humanité, l'homme libre, l'homme immensément courageux? Ce jeune Saoudien de 33 ans est emprisonné pour ses écrits. Voilà cinq années que l'écrivain engagé et fondateur du site Free Saudi Liberal est emprisonné dans son pays, l'Arabie saoudite, pour avoir simplement déclaré sur son blogue que les «musulmans, chrétiens, juifs et athées sont tous égaux». Le blogueur est accusé d'apostasie, enfermé dans un cachot pour dix ans avec une peine de flagellation de 1000 coups de fouet en plus d'une amende de 290 000 $CAN. Et ce n'est pas tout. S'ajoutent à cela 10 ans d'interdiction de quitter le territoire national après avoir purgé sa peine sans compter l'interdiction de communiquer avec les médias.
Pour son épouse, Ensaf Haider, et ses trois jeunes enfants, accueillis au Québec comme réfugiés politiques, cette situation est de la dernière cruauté. 
La famille milite ardemment pour sa libération. Sa cause est entendue, ici et là. Les soutiens s'additionnent un à un. Les prix et les distinctions internationales s'accumulent. En effet, en 2015, Raif Badawi reçoit le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit à l'âge de 31 ans. 
Mais cela ne suffit pas à le libérer. Sa crainte est de tomber dans l'oubli. La pire des postures en pareille situation. Alors, il faut prendre des initiatives. Faire connaître son combat au plus grand nombre. Exigeons sa libération!
Raïf défend l'humanité entière. Il est le courage incarné. Il est notre dignité. Il est notre espoir. 
En exigeant sa libération nous exprimons le sens profond de notre démocratie.
Djemila Benhabib, écrivaine
Trois-Rivières