Une situation d'injustice historique qui doit être corrigée rapidement!

Les victimes de la pyrrhotite en Maurice se montrent évidemment très sensibles et empathiques envers les familles touchées par les inondations des dernières semaines.
Elles sont heureuses de constater la rapidité d'intervention des autorités gouvernementales pour aider et soutenir les victimes d'un tel désastre qui se compare en ampleur et en dommages au désastre de la pyrrhotite en Mauricie.
Mais pourquoi a-t-il fallu autant d'années et tant d'efforts aux milliers de familles victimes de la pyrrhotite pour se faire entendre par les autorités gouvernementales et obtenir au compte-gouttes une aide financière qu'elles devront de toute façon rembourser?
Pourquoi a-t-il été si facile pour les deux paliers de gouvernement d'annoncer et de débloquer très rapidement une aide de 350 millions de dollars pour soutenir financièrement les 4000 familles affectées par les inondations alors qu'il a fallu jusqu'à huit ans à ces mêmes gouvernements pour accorder beaucoup moins aux 4000 victimes de la pyrrhotite?
Qu'est-ce qui motive les gouvernements à créer ainsi une grave situation d'injustice sociale en faisant le choix d'aider beaucoup moins les familles victimes de la pyrrhotite alors que l'ampleur des dommages aux résidences et aux terrains est tout aussi importante, que la détresse humaine est tout aussi présente et que les ennuis financiers sont pratiquement identiques?
Pourquoi le premier ministre du Québec et ses ministres ont-ils fait le choix de se pavaner dans les rues inondées à multiples occasions devant les caméras pour rencontrer des victimes des inondations alors qu'ils ont toujours refusé en huit ans de se déplacer en Mauricie pour rencontrer et soutenir de la même façon les victimes d'un désastre tout aussi majeur et dévastateur pour les résidences et les familles touchées?
Est-ce que les victimes de la pyrrhotite sont des citoyens québécois et canadiens de second ordre qui méritent moins parce qu'ils sont peu visibles dans les caméras et procurent moins de votes?
Qu'ont fait concrètement les élus libéraux provinciaux de notre région pour convaincre leur premier ministre de se déplacer pour constater sur le terrain l'ampleur des dégâts associés à la pyrrhotite et pour éviter qu'une telle situation d'injustice ne se produise?
Il est maintenant arrivé le moment où ces élus libéraux provinciaux de la Mauricie sortent de l'ombre, qu'ils cessent de jouer à l'autruche et qu'ils manifestent publiquement et fortement leur appui aux victimes de la pyrrhotite en mettant leur siège en jeu si leur premier ministre et leur gouvernement ne font pas le nécessaire pour mettre rapidement fin à cette situation d'injustice historique envers les familles victimes de la pyrrhotite.
Je demande à Julie Boulet, Jean-Denis Girard, Marc H. Plante, Pierre Giguère et Pierre-Michel Auger d'exiger une révision urgente et rétroactive du programme d'aide des victimes de la pyrrhotite afin qu'un traitement équitable et similaire à celui des victimes d'inondation leur soit accordé. Autrement, ils devront assumer la responsabilité d'une grave situation d'injustice qui marquera à tout jamais l'histoire de notre région, de notre province et de notre pays et ils devront en assumer le prix aux prochaines élections!
Je demande à notre ministre fédéral, François-Philippe Champagne, d'en faire tout autant auprès de son gouvernement en plus de s'engager à faire réviser la norme sur le béton dans les plus brefs délais.
Il est grandement temps que le désastre de la pyrrhotite soit reconnu comme une catastrophe majeure au même titre que les inondations et les feux de forêt. Nous avons, nous aussi, à subir un énorme dérangement pour faire réparer nos maisons et ça à un coût élevé, très élevé que nous ne pouvons pas assumer.
Nous n'avons pas choisi d'être des victimes de la pyrrhotite.
Bertrand Poirier
Trois-Rivières