Une injustice pour les acheteurs de billets

Je désire signaler une attitude tout à fait inéquitable de la part de l’administration de l’Amphithéâtre Cogeco. Comment peut-il être possible que, lors de l’ouverture de la pré-vente de billets par internet pour le spectacle de Francis Cabrel le 14 juin 2019, soit le jeudi 6 décembre à 10 heures exactement, il n’ait pas été possible d’obtenir deux billets dans la section avant de la salle, soit 101, 102, 103, tel que demandé, et qu’on m’ait plutôt offert deux billets dans la douzième rangée de la section 203, lesquels ne m’intéressaient pas parce que trop éloignés?

Je me suis reprise vendredi matin, 11 heures, à l’ouverture des guichets de la Salle J.-Antonio-Thompson afin d’obtenir un service adéquat, et voilà qu’on m’informe que la salle est complète.

Je me doute que l’organisation de l’amphitheatre consacre des blocs de billets à des organismes quelconques et à des amis privilégiés, au détriment de la population en général.

Je considère cette façon de faire d’une injustice flagrante.

Françoise Albert

Trois Rivières

Y a-t-il des Dorion, des Lenoir, des Nolin chez nous?

La députée Catherine Dorion fait parler d’elle à la grandeur du Québec. Pas nécessairement pour les bonnes raisons. Sa tuque et sa camisole dans l’enceinte de l’Assemblée nationale sont de très mauvais goût, tout comme certaines de ses déclarations qui dénotent un manque de classe, pour ne pas dire plus.

Mais la représentante de Québec solidaire n’est pas la seule à enfourcher allègrement la barrière de la retenue, pourtant inhérente à une fonction ou à un rôle public. L’attitude sans-gêne du chanteur et suceur de trophée Hubert Lenoir, est un autre triste exemple de ces jeunes figures d’affiches qui veulent à tout prix se démarquer. Y a-t-il chez nous en Mauricie, d’autres de ces personnages d’une pseudo-envergure en mal d’attention? Si oui, devrait-on les ignorer ou les dénoncer? L’image qu’ils projettent à nos futurs et jeunes adultes n’est quand même pas la meilleure.

Je suggère aux trois intelligents révolutionnaires de la scène publique de considérer cette pensée de mon cru: L’identité propre est légitime; c’est comme le bonheur et l’esprit de charité. Mais, quand on les vit, il n’est pas nécessaire de les exprimer.

Roger Matteau

Shawinigan