Alexandre Cloutier

Une importance capitale

Dans le journal La Presse du 26 septembre, le chroniqueur Martin Croteau écrit à la suite du débat des candidats à la direction du Parti québécois: «M. [Alexandre] Cloutier souhaite inscrire le principe de la laïcité dans une éventuelle constitution québécoise. Il favorise l'interdiction du port des signes religieux chez les fonctionnaires en position d'autorité, mais pas chez les professeurs, contrairement à M. [Jean-François] Lisée.»
Quelques jours plus tard, il dit: «Personnellement, que mon enfant reçoive un enseignement d'une femme qui porte le voile, ça ne me choque pas. Ma préoccupation, c'est la qualité de l'enseignement».
Pourtant, il est d'une importance capitale, que les enseignants ne portent pas de signes religieux ostentatoires. Pour l'enfant, l'enseignant est autorité. C'est celui qui détient la vérité, l'exemple à suivre. Et l'image que celui-ci donne s'imprime insidieusement dans le cerveau de l'enfant comme une estampe de modèle à suivre. Au primaire, l'enfant est encore crédule et, au secondaire, l'adolescent est influençable. Il faut donc aller plus loin que la Commission Bouchard-Taylor. Ce voile est le symbole de l'intégrisme, de l'inégalité homme-femme, et bien plus...
Il faut donc, monsieur Cloutier, non seulement interdire les signes religieux ostentatoires chez les juges, policiers et fonctionnaires, mais aussi, comme le veut monsieur Lisée, l'interdire aux enseignants.
Andréa Richard
Trois-Rivières