Laisser un chien dans un véhicule, fenêtre fermées, en pleine journée d'été, constitue de la maltraitance selon l'auteur de cette lettre.

Une histoire de chien

Il me semble bien que...
Si tu as un chien que tu as voulu, tu as choisi, tu as élevé, tu as éduqué, etc., tu en prends soin.
Aujourd'hui j'ai vécu concrètement un exemple de personnes insouciantes.
Comme d'habitude, chaque dimanche, nous mangeons dans un restaurant du centre-ville de Shawinigan.
Température idéale pour manger sur la terrasse. Autour de 25 °C, passages nuageux mais au soleil, ça tape.
Toujours est-il qu'on remarque l'autre côté de la rue un petit chien qui se promène d'une fenêtre à l'autre dans une auto. Les fenêtres sont fermées, mais le toit ouvrant est entrebâillé. L'auto est noire et absorbe bien la chaleur.
Nous commençons à nous inquiéter pour cet animal.
Nous terminons notre repas et nous traversons. Nous cherchons à savoir où sont les propriétaires. Nous allons dans les restos avoisinants. Rien de concluant.
Nous appelons la police et nous espérons que les propriétaires se pointent.
Un de nous quatre demeure sur place pour la suite des choses.
Un couple se présente, essuie les remarques sur leur comportement irresponsable.
Le monsieur embarque dans son auto tandis que sa conjointe tente de minimiser les choses.
La police arrive quelques minutes plus tard. Les innocents étaient partis.
Des touristes qui avaient laissé leur chien dans l'auto pendant qu'ils mangeaient dans un restaurant sur une rue voisine.
Pour moi c'est de la maltraitance.
Dans une circonstance semblable, tu laisses les fenêtres partiellement ouvertes, tu cherches un resto, tu trouves un resto, tu rapproches ton auto, tu t'occupes de ton chien.
Si t'es pas capable de faire ça, n'adopte pas un chien.
André-Jean Bordeleau
Shawinigan