André Bertrand ne cache pas sa déception, mais il se dit fier de la campagne électorale qu’il a menée.

Une expérience des plus enrichissantes

L’auteur, André Bertrand, était candidat à la mairie de Trois-Rivières.

Je viens ici saluer la vaillance des femmes et des hommes qui se sont présentés lors de la dernière campagne électorale. 

Je les félicite d’avoir voulu s’impliquer et représenter nos concitoyens. Je salue particulièrement les deux autres candidats à la mairie, Jean-François Aubin et Yves Lévesque, et je félicite ce dernier pour sa victoire. 

Je félicite également les 14 conseillers élus qui nous représenteront afin que notre ville puisse grandir. 

Je vous mentirais si je vous disais que je ne suis pas déçu. Par contre, j’ai aimé mon expérience car j’ai pu exprimer mes idées, mes opinions et parler de mes projets pour la population de Trois-Rivières. 

C’est pour moi une victoire de m’être présenté et surtout, d’être allé jusqu’au bout. 

J’avais décidé de faire une campagne propre, ce que j’ai fait. 

Je suis resté droit dans l’adversité. 

Demain et après-demain, lorsque je marcherai dans la rue, je pourrai regarder les gens dans les yeux car je n’aurai pas honte de ce que j’aurai dit, écrit ou fait. 

Je désire remercier chacune des personnes qui ont cru en ma candidature.

Enfin, je remercie tous mes bénévoles, mes enfants qui m’ont fortement soutenu, et surtout mon épouse et agente officielle de m’avoir autant appuyé et permis cette grande aventure qui se termine aujourd’hui.