Une étude et un mémoire s'imposent devant le BAPE

Lettre adressée au préfet de la MRC de Maskinongé, M. Robert Lalonde. 
Lors de la séance de la MRC du 9 mars dernier, notre comité a déposé une demande formelle de présentation par la MRC d'un mémoire dans le cadre des audiences publiques du BAPE sur le projet Énergie Est. Dans l'édition du 11 mars du Nouvelliste, en votre absence, votre remplaçant, le maire Michel Isabelle, réitérait la position neutre de la MRC dans le dossier et disait ne pas savoir si la MRC allait donner suite à notre demande. Il mentionnait par le fait même faire confiance aux autorités compétentes sur la question.
Rappelons d'abord que lesdites autorités compétentes ont mis sur pied une consultation publique, le BAPE, dont le but, défini par mandat, est d'aider le gouvernement à se faire une idée dans le dossier. Les mêmes autorités ont invité tous les acteurs concernés à participer à l'exercice, mentionnant expressément les municipalités et MRC.
Depuis près d'un an nous revendiquons de votre part, la commande d'une étude indépendante, sur les risques et impacts dans notre milieu du passage éventuel d'une infrastructure de la nature de l'oléoduc Énergie Est. Devant le caractère hors norme du projet, la vulnérabilité de notre milieu et l'inquiétude de la population, les quelques milliers de dollars que celle-ci nécessiterait nous semblent encore peser bien peu dans la balance. Plusieurs MRC et communautés métropolitaines ont d'ailleurs pris position après la commande de pareilles études. Après avoir rencontré les représentants de TransCanada, promoteur du projet, vous jugez toujours l'exercice superflu.
Devant vos refus réitérés, notre comité citoyen, avec ses moyens limités, s'est attelé à la tâche de documenter les risques que le projet représente pour notre population.
Nous vous avons fait part de nos résultats et vous ne pouvez plaider l'ignorance.
Nous croyons aujourd'hui qu'il est de votre devoir, sans nécessairement prendre position, de répondre présent à l'invitation du gouvernement et d'aller faire valoir, par le dépôt d'un mémoire, les risques propres au territoire maskinongeois que ce projet d'oléoduc engendrerait.
Notons en quelques mots que le territoire de la MRC de Maskinongé présente des sols d'argiles marines particulièrement sensibles et propices aux glissements de terrain; qu'un accident environnemental aurait des conséquences désastreuses sur notre mode de vie, notre économie reposant principalement sur l'agriculture et le tourisme; que nous vivons aux abords du lac Saint-Pierre, organe vital du Saint-Laurent, lac duquel la MRC est signataire de la charte de développement durable; que nos capacités d'intervention, tant en ressources humaines que matérielles, en situation d'urgence, sont très limitées.
Vous pourrez évidemment arguer que ces faits sont de notoriété publique, mais nous croyons malgré tout que vous devez, de toute votre autorité, les faire entendre. La protection de la population et du territoire est votre responsabilité première. Le 31 mars est la date butoir pour manifester votre intention de déposer un mémoire devant le BAPE. Une posture passive ne saurait être adoptée ici, votre population compte sur vous.
Le comité Vigilance hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé,
appuyé par 68 signataires dont:
Pierre Foisy,
Saint-Édouard-de-Maskinongé
Sébastien Houle,
Saint-Élie-de-Caxton
Jean Guillemette, Saint-Paulin
André Lamy,
Louiseville
Robert Francoeur,
Saint-Justin
Christiane Leclaire,
Saint-Mathieu-du-Parc
Dominic Lemieux,
Saint-Léon-le-Grand
Luc Martel,
Yamachiche
Fred Pellerin,
Saint-Élie-de-Caxton
Laurence Réquilé, 
Saint-Paulin