Le directeur artistique et chef d’orchestre de l’OSTR, Jacques Lacombe, annonce qu’il prend une année sabbatique.

Une décision déchirante, prise après mûre réflexion

L’auteur, Jacques Lacombe, est directeur artistique et chef d’orchestre de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

Chers amis,

Après douze années consécutives à la tête de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, c’est à regret que j’ai annoncé à la direction de l’Orchestre, ma décision de me retirer temporairement de mes fonctions de directeur artistique et de chef d’orchestre de l’OSTR et de prendre, à compter du 1er juillet prochain, une année sabbatique.

Au cours des dernières saisons, les fréquents allers-retours entre l’Europe et l’Amérique sont devenus partie intégrante de mon agenda avec les exigences que cela comporte. Malgré une grande capacité d’adaptation dont j’ai le privilège de bénéficier, un horaire chargé combiné à la recherche des disponibilités des solistes et de la salle de concert, ne m’aurait permis de diriger que quelques concerts à Trois-Rivières la saison prochaine.

Tenant toujours à offrir le meilleur de moi-même au public trifluvien, cette situation ne m’apparaissait pas viable, non seulement pour le public, mais également pour les musiciens et les choristes que j’ai le plaisir de diriger depuis douze ans. Devant cet état de fait, et pour préserver la qualité supérieure du travail de l’Orchestre, mon retrait temporaire semble une décision tout indiquée dans les circonstances.

En effet, ma prise de fonction en septembre prochain à titre de directeur musical de l’Orchestre symphonique de Mulhouse exigera de moi une présence importante particulièrement en début de mandat; cet orchestre participant à près de 70 représentations d’opéra et de concerts chaque saison. Étant passionné par mon métier, je souhaite amorcer cet important mandat avec rigueur et y consacrer tous les efforts requis, comme ce fut le cas à mes débuts ici en 2006.

Les conditions financières périlleuses des orchestres régionaux, la difficulté à intéresser de nouveaux bailleurs de fonds autres que les organismes publics, les emplois du temps chargés des musiciens qui laissent place à tout un casse-tête pour assurer des effectifs réguliers à chaque programme et la compétition grandissante de l’offre culturelle à Trois-Rivières exigent du directeur artistique une présence et une implication significatives. N’ayant perdu ni mon affection pour l’OSTR, ni ma ferveur à offrir des programmes et des prestations de qualité au public, je réalise qu’en l’état actuel des choses, il me serait impossible d’assumer de manière satisfaisante ces fonctions à la tête de l’OSTR la saison prochaine.

Évidemment, vous me manquerez la saison prochaine. Cependant, nous aurons tout de même le plaisir de nous revoir bientôt à l’occasion des deux derniers concerts de la 40e saison de l’OSTR, où je compte bien célébrer avec vous les beautés de la musique. Par ailleurs, la saison 2018-2019 que j’ai entièrement conçue pour vous, vous réservera, j’en suis sûr, d’agréables et surprenantes expériences musicales. Pour me remplacer au podium, j’ai invité des chefs parmi les plus réputés, qui sauront presque (du moins je le souhaite!) vous faire oublier mon absence.

Convaincu que vous comprendrez et respecterez cette déchirante décision prise après mûre réflexion, je tiens à vous redire mon attachement à Trois-Rivières. Même de l’autre côté de l’océan Atlantique, je continuerai de représenter avec fierté ma ville natale et de suivre avec intérêt l’évolution de son orchestre.

À bientôt!