Un traitement très apprécié

Je me suis présentée récemment à l’hôtel de ville de Louiseville pour me faire assermenter en vue des élections municipales et recevoir le guide du scrutateur et secrétaire.

Ayant déjà travaillé aux élections gouvernementales, je posai quelques questions à Mme Sonia Plante, secrétaire d’élection, sur certaines procédures et sur le déroulement de la journée. 

Lorsque j’en suis venue à parler d’apporter nos lunchs, j’ai eu comme réponse «Pas du tout!». Ils vont commander un repas sous forme de boîte à lunch pour le dîner et un traiteur apportera nos soupers le jour de l’élection. Pour la journée du vote par anticipation, c’était de la pizza! Il y aura aussi du café, du thé et des boissons gazeuses en tout temps! J’étais sidérée!

Lors des dernières élections gouvernementales, nous n’avons eu que de l’eau en distributrice, point barre! Pas de café instantané, pas de thé, pas de bouilloire pour nous faire une boisson chaude. Nous devions apporter nos lunchs, nos boissons, nos thermos. 

Vers l’heure du souper, une électrice nous avait pris en pitié et était allée nous chercher cinq cafés chez Tim Hortons tout à côté, ce qui avait provoqué une vague d’envie et un tollé chez tous les travailleurs, y compris les agents de sécurité.

J’ai trouvé inconcevable qu’il n’ y ait rien de fourni en boissons pour une journée débutant à 8 h et se terminant vers 21 h 30. Qu’auraient donc coûté une bouilloire, un pot de café instantané, des poches de thé, du sucre, du coffee mate ou des godets de lait, et de petits jus?

Vous me direz qu’une municipalité peut se permettre cette dépense pour quelques-uns de ses propres citoyens. Et les gouvernements n’ont pas de budget alloué pour ces événements aux quatre ans?

Si toutes les municipalités font comme Louiseville alors elles auraient quelques bonnes leçons à donner aux gouvernements!

Françoise Hamel

Louiseville