Un regain de vigueur et de sens pour la fête nationale

OPINIONS / La fête de la Saint-Jean-Baptiste, maintenant appelée Fête nationale, a regagné ses lettres de noblesse. Cette fierté que les libéraux nous avaient fait perdre d’affirmer notre langue et notre diversité est revenue avec l’élection d’un parti beaucoup plus nationaliste.

Ce gouvernement qui s’est tenu debout pour faire adopter la loi 21, malgré le fait que libéraux et solidaires se soient rangés du côté des minorités (leur clientèle), semble avoir fouetté les gens qui se sentent à nouveau chez eux au Québec. Ils comprennent également que notre langue est le français et que nous devons continuer de lutter pour la conserver.

On a même vu des gens du Nouveau-Brunswick à la fête de Québec et d’autres de l’Ontario à la parade de Montréal, qui sont venus nous dire de continuer à nous battre, nous félicitant de les aider à faire de même dans leur province respective où les nouveaux gouvernements élus se foutent royalement d’eux. On sentait un cri du cœur de la part de ces Canadiens français dont la ténacité est un exemple pour nous et qui étaient heureux de venir célébrer avec nous, en français, cette langue qui est si belle.

Ils étaient également heureux de dire que le peuple du Québec est accueillant et inclusif. Nous le demeurerons pour tous ceux, venant de n’importe quel pays sur la planète, qui voudront bien accepter de respecter nos traditions et nos coutumes, sans essayer de nous imposer, à nous, les valeurs qui dominaient dans le pays qu’ils ont laissé. S’ils viennent ici, il doivent «s’adapter à notre façon de vivre» comme l’a dit monsieur Legault.

C’était beau également de voir renaître cette fierté pour notre drapeau alors qu’une nouvelle tradition fut instaurée à Québec avec la levée du drapeau. Vraiment, une vraie belle fête nationale partout au Québec. Vive le Québec! Vive son drapeau!

Pour terminer avec un brin d’humour, j’ai souri au bon coup électoraliste d’Ottawa qui s’est servi d’un ministre du Québec pour venir inaugurer le nouveau pont Samuel-de Champlain et nous présenter cela comme un cadeau... le jour même de nos festivités. Ironie du sort ou simple hasard? Permettons-nous d’en douter.

Gaston Bouffard

Shawinigan