Le pont Laviolette

Un quai qui pourrait être utile

Les réparations majeures sur le pont Laviolette étaient à prévoir. En chantier près de 300 jours par année, c'est devenu un des plus gros employeurs de la région.
Ceci nous rappelle la chute du pont Duplessis, le 31 janvier 1951. Pour le transport, on avait dû utiliser le bateau passeur entre le quai du Cap, situé derrière le Sanctuaire, et le quai de Trois-Rivières.
Depuis ce temps, Cap-de-la-Madeleine a été fusionnée à Trois-Rivières et est devenue le secteur Est de la nouvelle ville, avec aucun pouvoir et avec un maire qui a ignoré le quai du Sanctuaire. 
À la dernière élection fédérale, les partis politiques parlaient de rénover les quais sur le fleuve Saint-Laurent mais monsieur le maire avait oublié que Trois-Rivières possédait deux quais. Le quai du Cap aurait été bien utile à l'usine Marmen pour expédier ses éoliennes par navire et pour développer un grand parc industriel.
Québec a deux ponts et un système de traversier pour développer son économie. Pourquoi n'a-t-on pas pensé à réparer le quai du Cap et établir un système de traversier? Cela aurait pu permettre de développer le secteur Est. 
Aujourd'hui, avec les réparations majeures du pont, on aurait les infrastructures pour faire dévier le transport routier avec un service bien organisé avec des traversiers entre Bécancour et le quai du Sanctuaire. Cela pourrait aussi permettre de contourner la circulation par le boulevard J.-Réal-Desrosiers à l'autoroute 40 dans les deux sens, sans passer par le pont Laviolette.
Il faut aussi considérer que l'on doit changer certains câbles du pont au plus tard dans deux ans, ce qui entraînera d'autres entraves importantes.
Gens de la Mauricie, il est temps de vous manifester pour la réparation d'un quai et d'un pont. À moins que vous préfériez aller traverser à Sorel-Tracy par la traverse ou à Québec par les ponts.
Guy St-Pierre
Trois-Rivières