Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Un gouvernement qui me déçoit

Lettre adressée à Justin Trudeau et à son gouvernement.
Vous et votre gouvernement n'êtes pas sérieux d'avoir élargi la zone de protection marine aux pétrolières telle que mentionnée dans Le Devoir du 28 juin 2017!
Pourquoi?  Mondialement, vous répandez l'idée que le Canada est au-delà des vieilles recettes et prône entre autres la protection de notre environnement.
Mais voilà que vous donnez accès à l'entrée du golfe du Saint-Laurent aux pétrolières! Qu'adviendra-t-il de toute la richesse naturelle qui y réside, de nos baleines, bélugas, tortues, flore, etc.?
Tout ceci m'enrage: tromperie, mensonges, fourberies. Dites-moi, est-ce vous, le gouvernement, qui menez ou bien les compagnies pétrolières et gazières? Qui va se tenir debout et dire enfin non aux pétrolières? Nous n'avons plus le choix de changer notre façon de faire des affaires, d'opter et favoriser les énergies vertes. En choisissant de laisser le champ libre aux pétrolières, les seuls emplois que vous créerez seront juste pour nettoyer et essayer de réparer les dégâts de ces multinationales lesquelles, probablement, fuiront leurs responsabilités lorsqu'il y aura un déversement.
Ce n'est pas en tuant notre environnement que cela nous propulsera comme pays avant-gardiste!  Je suis déçue parce que, en tant que jeune premier ministre, je croyais que vous prendriez une position ferme face aux pétrolières, que vous installeriez enfin de nouvelles valeurs écologiques et façons de faire afin de corriger le tir de toutes les bévues faites par les pétrolières qui, d'ailleurs, n'ont aucun respect de l'environnement.  Monsieur le premier ministre, vous étiez censé nous remettre dans une nouvelle voie. Notre environnement se doit d'être protégé à tout prix.
En vertu d'un engagement international pris dans le cadre de la Convention sur la biodiversité de Nagoya, le Canada doit protéger 10 % de ses milieux marins d'ici 2020. Or, à l'heure actuelle, le taux de protection dépasse à peine 1 %. Qu'allez-vous faire? Est-ce que vous travaillez pour nous, les Canadiens?
S'il vous plaît, révisez votre décision pour le bien-être de la majorité des Canadiens et non pour une minorité...
Nicole Morin 
Trois-Rivières