Un gouvernement mal pris

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
À son premier mandat, le gouvernement caquiste de François Legault doit faire face à une des pires pandémies de l’histoire et doit affronter un déficit sans précédent. Le vendredi 13 mars, le Québec a été mis en pause et huit mois plus tard, le Québec s’attaque à une deuxième vague fulgurante.

Au lieu de mettre l’épaule à la roue, les partis d’opposition critiquent le gouvernement Legault sans apporter de solutions tangibles. Les trois piliers de la lutte au virus (Legault, Dubé et Arruda) essaient tant bien que mal de trouver des mesures afin d’arrêter l’avancée sans précédent du virus.

La cheffe de l’opposition officielle libérale Dominique Anglade demande au gouvernement de déposer un plan clair sur ses mesures concrètes. Mme Anglade, le gouvernement fait le mieux qu’il peut dans les circonstances.

Que dire maintenant des attaques répétées de certains chefs syndicaux qui demandent au gouvernement plus d’argent. Ces derniers profitent de la pandémie pour soutirer des gains au lieu d’aider à combattre ce virus. Imaginez le syndicat des fonctionnaires qui demande au gouvernement de régler leurs problèmes. Mais quels problèmes?

Jocelyn Boily, Québec