Un climat de peur s’installe

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Depuis une semaine, les cas de COVID-19 augmentent. Bien sûr, les rassemblements et la relâche des mesures sanitaires sont pointés du doigt et chacun y va de son raisonnement en la matière. Oui, les cas augmentent mais nous oublions aussi que le nombre de tests frôle la moyenne journalière s’établissant à près de 13 000 tests par jour. À ce jour, 1 771 867 tests ont été effectués et cumulent un total de 63 713 cas déclarés positifs, donc un pourcentage de 3,6 % sur le total de tests réalisés.

Dans les deux premiers mois de pandémie, le total des tests était faible et totalisait 3,25 %. Avec ces chiffres dévoilés récemment s’appliquant au 6 septembre, on y relatait 5770 décès, ce qui signifie un pourcentage de 3 dixièmes de 1 % sur le total des testés positifs à date.

Lundi, on nous annonçait que les résultats de la veille totalisaient une augmentation de 216 cas sur 12 850 tests, soit 1,7 % de cas testés positifs. Sur cette avalanche de chiffres que je vous présente je retiens simplement ce 1,7 % testés positifs qui demeure assez stable à près de 13 000 par jour, le faible pourcentage des décès et aussi un faible nombre de cas hospitalisés qui tous deux demeurent stables quotidiennement. Alors pourquoi paniquer?

Oui, nous sommes tous susceptibles d’être visés par ce virus mais à la lumière des chiffres fournis par la Santé publique on ne peut que constater que la COVID-19 ne tue pas tous ceux atteints par le virus et là-dessus je déplore le fait que la Santé publique ne dévoile pas souvent le nombre des personnes infectées maintenant guéries.

Ce coronavirus nous hantera possiblement pour une autre année et c’est pourquoi chacun de nous doit collaborer aux mesures de base établies: distanciation physique, limiter le nombre dans les rassemblements, se laver les mains et porter le masque; oui, cela nous crée des contraintes importantes mais personnellement je pense que c’est le mieux qu’on peut faire pour limiter la propagation. Il ne faut pas non plus perdre de vue que le total de personnes testées à ce jour ne constitue que 21 % de toute la population du Québec, ce qui signifie qu’un total potentiel de plus de 6 500 000 personnes peuvent être encore infectées par ce virus. Que les mouvements contestataires se le tiennent pour dit.

Alain Tourigny
Victoriaville