Yves Landry

Trois-Rivièressur la bonne carte!

L'auteur, Yves Landry, est conseiller municipal du district des Terrasses. Il réagit ici à la lettre de M. Laurier Thibault intitulée «Yves Lévesque a mis Trois-Rivières sur la carte... de crédit!», publiée dans notre édition du 19 août dernier.
Les affirmations de M. Thibault m'interpellent directement car je siège fièrement au conseil municipal depuis la fusion. Au cours de ces années, j'ai eu à voter sur les résolutions concernant le budget, les règlements d'emprunts et le plan triennal d'immobilisations.
Les chiffres présentés sans comparaisons, sans explications ou sans connaissance des règles comptables faussent la vérité et ne permettent pas aux citoyens de se faire une opinion objective des finances de la Ville. 
Ainsi, la dette à l'ensemble est passée de 102,4 millions $ en 2002 à 247,8 millions $ en 2016. Précisons toutefois que 832 millions $ d'investissements ont été réalisés et que seulement 29 % de ce montant demeure à payer, que la richesse foncière uniformisée est passée de 4,5 à 11,1 milliards $; affichant une progression supérieure à celle de la dette et que le ratio actuel de la dette sur la richesse foncière uniformisée à 2,2 % est inférieur à celui de 2002 à 2,3 % et ce, avec des infrastructures en meilleur état.
Concernant le budget annuel que vous appelez dépenses totales, il est passé de 120,5 à 255,7 millions $. Toutefois, il faut considérer les diverses augmentations (ex.: la rémunération), les indexations des prix à la consommation et la hausse des dépenses au budget qui sont compensées soit par des revenus de subventions (ex.: pyrrhotite, immobilisations) ou soit par des revenus d'opération. Dans le cas des dépenses compensées, nous devons comptabiliser simultanément le revenu et la dépense ce qui est donc sans impact réel sur le compte de taxes.
À titre d'information complémentaire, au cours du dernier mandat, les citoyens de Trois-Rivières ont eu l'augmentation de taxes combinée la plus basse en dollars et en % des cinq grandes villes comparables; soit pour une maison moyenne 8,01 % (190 $) versus la plus élevée Saguenay à 12,78 % (282 $).
Sans renier ce qui a été fait avant la fusion, nous avons agi de façon responsable et nous avons un plan de réduction de la dette. Vos affirmations non fondées, monsieur Thibault, sont plutôt réductrices pour le maire Lévesque, les conseillers municipaux, les investisseurs et les citoyens qui ont le courage de croire en Trois-Rivières et en son développement.