Selon Jean-François Aubin, la démocratie ne doit pas s’exprimer uniquement tous les quatre ans, lors des élections. Il se dit aussi préoccupé par le faible taux de participation aux élections de dimanche dernier.

Tout n’est pas fini

L’auteur, Jean-François Aubin, était candidat à la mairie de Trois-Rivières.

Quelques jours après le résultat des élections municipales, il est temps de faire un premier bilan de cette campagne. En tout premier lieu, je souhaite dire un merci du fond du cœur aux nombreux électeurs et électrices qui ont cru à la vision de la ville que je proposais et qui ont appuyé ma candidature. Quelque 3300 votes de plus et on y était! On a, ensemble, développé un programme basé sur la transparence, la démocratie, l’équité et qui tenait compte de façon très concrète des différentes problématiques des citoyens de Trois-Rivières.

Je tiens à remercier tous ceux et celles qui sont allés voter, peu importe pour qui et qui ont, de ce fait, participé à faire parler la démocratie. Ceci étant dit, ma seule vraie déception de cette campagne est le taux très bas de participation. Que quelques-uns n’y aillent pas pour une raison ou une autre cela se comprend. Que plus de la moitié ne se déplace pas pour aller voter, c’est difficile à interpréter et surtout c’est dangereux. L’histoire passée et récente nous a montré que l’on peut assister à des dérives importantes, par le manque d’implication citoyenne; pensons à nos voisins américains actuellement. Est-ce cela que nous voulons?

Je lance d’ailleurs un appel au nouveau conseil municipal de contribuer à la relance de l’intérêt de la vie politique municipale en prenant différentes initiatives concrètes telles la webdiffusion des séances, une page Facebook municipale et tenir régulièrement des assemblées d’information et de consultation sur les sujets majeurs. 

J’en profite pour féliciter et remercier la présidente d’élection, Mme Yolaine Tremblay, et son équipe, qui ont permis que cette élection se déroule correctement. Je tiens à souligner particulièrement quelques initiatives fort intéressantes tels le guide des électeurs et le site web des élections. Il y a toujours certains points à améliorer cependant. Un point concerne les lieux de votation. Dimanche dernier, des électeurs ont dû attendre dans certains bureaux de vote plus d’une heure à la pluie froide pour aller voter et plusieurs se sont découragés et sont repartis sans voter. Il faut tenter de trouver des locaux qui permettent l’attente à l’intérieur. Les délais étaient courts également entre le moment où les gens ont reçu leur lettre d’électeur et la fin de la période pour aller s’ajouter à la liste électorale. Il n’en reste pas moins qu’un travail colossal a été effectué par l’équipe de Mme Tremblay.

Je veux dire merci particulièrement à tous les bénévoles qui ont participé d’une façon ou d’une autre à ma campagne. Vous avez été fantastiques! Un mot également pour féliciter tous les candidats et candidates qui se sont présentés, élus ou non. Il faut l’avoir fait une fois dans sa vie pour savoir ce que cela représente comme investissement, en temps, en dévouement et même en argent.

Finalement, la démocratie a parlé. Je félicite donc M. Lévesque pour avoir obtenu ce nouveau mandat. Je lui propose même, puisqu’il s’agit du développement de notre ville, de ne pas se gêner pour s’inspirer des idées dans mon programme électoral et de les réaliser. La démocratie a parlé mais la démocratie ne doit pas s’exprimer seulement lors des élections. J’invite donc tous ceux et celles qui se sont animés, passionnés pour leur ville au cours de cette campagne à poursuivre le débat. Discutons des grands enjeux, écrivons dans la tribune d’opinion, participons aux vox pop des radios et télévisions, poursuivons les échanges dans les médias sociaux. Bref, il faut maintenir bien vivante notre démocratie. 

Non, tout n’est pas fini, cela ne fait que commencer.