Terminé pour moi, le PQ!

En ouvrant Le Nouvelliste de jeudi dernier, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'article La FTQ largue le PQ. Michel Dupont, conseiller régional de la FTQ, affirmait en avoir terminé avec l'appui traditionnel de la FTQ au Parti québécois en raison de la tendance évidente de ce parti de se positionner toujours plus à droite pour séduire, il faut croire, les électeurs de la CAQ. Comme l'affirmait monsieur Dupont, le recrutement de Pierre Karl Péladeau constitue la goutte qui a fait déborder le vase, comme on dit.
Je ne peux qu'être d'accord avec monsieur Dupont, puisqu'avec monsieur Péladeau au conseil des ministres d'un futur gouvernement péquiste, que ce soit aux Finances ou au Conseil du Trésor, les employés du secteur public n'ont qu'à bien se tenir.
Déjà que le Parti québécois avait annoncé, lors du récent budget, que les employés ne devaient pas s'attendre à grand-chose. Imaginez le climat des négociations avec un Pierre Karl Péladeau, champion toutes catégories des lockout.
Sans oublier que celui-ci aura pour mandat d'appliquer les mesures du régime d'austérité annoncées dans le récent budget du Parti québécois: des diminutions de services publics, tarifications de toutes sortes accrues dont cette augmentation salée des tarifs d'électricité annoncée pour le 1er avril prochain.
Dans un tel contexte, on peut en déduire que, sans le dire explicitement, monsieur Dupont invite les travailleurs syndiqués, de quel que syndicat que ce soit, à choisir Québec solidaire qui devient pratiquement le seul parti à défendre les droits des travailleurs et travailleuses du Québec de la classe moyenne et des moins nantis de notre société. Et c'est ce que je vais faire. Pour moi, c'en est terminé avec le Parti québécois.
Paul Gagné
Professeur retraité de l'UQTR et ancien président du SPUQTR