Des milliers d'enseignants et autres professionnels de l'éducation ont répondu à l'appel lancé par la CSQ et ont manifesté leur présence dans le cadre du Festival western de Saint-Tite.

Surprise et déception

Pas contents de la présence du personnel de l'éducation, vraiment?
Nous avons tous été surpris et déçus de l'article paru dans Le Nouvelliste, où les organisateurs du Festival western de Saint-Tite critiquaient la présence à leurs activités, dimanche, de nombreux enseignants et enseignantes et de membres du personnel de soutien scolaire.
D'abord surpris, car en plus d'avoir demandé la permission pour être de ce festival public où les politiciennes et politiciens affluent pourtant, nous avions une entente avec les organisateurs, entente que nous avons par ailleurs respectée à la lettre. Aucune manifestation, aucune obstruction, aucune pancarte sauf une bannière à l'écart, pas de point de presse, seulement une brève prise de parole publique avant notre départ. Nous avons même ramassé jusqu'au dernier papier derrière nous.
Notre objectif était de parler à la population avec nos chapeaux et nos chandails pour dénoncer les compressions en éducation, tout en s'amusant en famille à l'occasion d'un festival fort attractif. Objectif atteint.
Plus de 2000 membres du personnel de l'éducation de la CSQ, une organisation syndicale bien ancrée dans les régions et soucieuse du développement de celles-ci, se sont donné rendez-vous pour la journée. Nous étions 2000 de partout au Québec à avoir sillonné les rues du village, à avoir dépensé considérablement pour des souvenirs et de la nourriture, et nous avons acheté de nombreux bracelets d'enfants à la Place de la famille. Nous avons participé pleinement et sereinement aux activités de cette belle fête, au point où une majorité d'entre nous, qui n'étions jamais venus à ce festival, se promettent maintenant de revenir avec famille et amis.
Nous n'entendons que du bien de cette journée festive dans nos rangs. C'est là une publicité positive appréciable pour une organisation comptant plus de 200 000 membres sur l'ensemble du territoire québécois. Nous n'avons pas volé la vedette à ce festival, mais nous lui avons cependant fourni une occasion de plus de briller. Dommage que les organisateurs ne voient pas ça du même oeil.
Sonia Éthier
première vice-présidente
Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
Josée Scalabrini
présidente
Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ)
Éric Pronovost
président
Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ)
Claudia Cousin
présidente
Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges (SEVF-CSQ)
Chantal Légaré
présidente
Syndicat de l'enseignement de la Mauricie (SEM CSQ).