Gaétan Barrette

Solution de rechange aux cliniques de l'oeil

Pour faire suite à l'expérience catastrophique de l'Institut de l'oeil des Laurentides, dont on a entendu parler notamment dans le cadre de l'émission Enquête, j'aimerais suggérer une solution de rechange qui réglerait le problème des médecins qui ne veulent plus retourner dans leur hôpital rénové.
De plus, M. Barrette, lors du renouvellement des contrats exorbitants, nous avise que la même situation devrait se représenter dans plusieurs CIUSSS de la province qui nécessitent la rénovation de plusieurs services.
Comme l'ont si bien démontré les petits débrouillards de l'Institut de l'oeil, c'est relativement facile d'ériger, près de l'hôpital à rénover, une unité entièrement autonome, tenant en compte toutes les exigences des divers départements susceptibles d'être rénovés.
On prévoit la construction de «l'unité de dépannage» deux ans avant les travaux prévus pour la rénovation dans l'hôpital. Comme le département est vétuste, c'est une belle occasion de repartir à neuf avec tout l'équipement. 
D'autant plus, que c'est un investissement qui continuera d'être utilisé après les rénovations de l'ancien site.
Contrairement à l'Institut de l'oeil, lors de la rénovation des anciens locaux, ce ne sera pas le même service qui sera réinstallé. On rénovera le département en vue de loger un autre service qui a besoin d'être rénové. On modernise ainsi plusieurs départements.
On pourra alors planifier les investissements requis en regard des différents services dont la rénovation s'impose; alors, pas de panique justifiant de lancer l'argent par les fenêtres à des opportunistes. Bien sûr, pour faire cela, ça prend un minimum de planification; il ne faut pas attendre la veille des élections pour annoncer un chantier éventuel dans trois ou quatre ans.
En procédant ainsi, le gouvernement évitera de financer les spécialistes pour «se privatiser». Les deniers publics serviront à la population et non au financement des services privés. 
Il est certain qu'une foule de technocrates se lèvera pour dire que «c'est une idée de Ti-Coune»; mais l'idée mériterait d'être étudiée à fond par des spécialistes, indépendants de la petite politique.
Gaétan Yelle
Trois-Rivières