Le déménagement annoncé du magasin Canadian Tire de la rue Fusey vers les Galeries du Cap est peut-être beaucoup plus lourd de conséquences que ce qu'on pourrait croire.

Si on travaille ensemble, tout est possible

L'auteure, Sabrina Roy, est conseillère municipale du district du Sanctuaire. Elle réagit ici à l'éditorial de Martin Francoeur intitulé «Le bas du Cap à l'abandon», publié dans notre édition du 7 juin.
J'aimerais vous faire part de ma vision du secteur du bas du Cap-de-la-Madeleine dans les années à venir et de mon implication. 
J'ai la ferme intention de redonner une personnalité à ces artères et de combattre la dévitalisation. 
Au cours de mon mandat actuel, comme conseillère municipale, j'ai été à même de constater les défis qui attendent le bas du Cap. 
Bien que les gens se sentent abandonnés par la ville, cela fait quatre ans que je pose des actions pour la revitalisation commerciale de ce secteur. Voilà pourquoi, notamment, j'ai travaillé pour que l'on obtienne un programme de rénovation de façades commerciales ainsi que son nouveau volet résidentiel qui va permettre de transformer des commerces inoccupés en logements. 
Il s'agit d'un bon début mais j'ai pleinement conscience qu'il faut aller plus loin dans les actions à poser. 
Nous devons agir rapidement pour conserver les commerces déjà en place. Cela exige de doter ces secteurs d'une vocation précise et soutenir, comme Ville, cette vocation. 
Je crois fermement que dans les années à venir, la Ville devra avoir une volonté d'investir davantage dans ce secteur qui en a grandement besoin et se doter d'actions précises à suivre. 
Je crois au plein potentiel et à l'avenir de ce secteur. Il n'est pas vrai que nous allons baisser les bras! Je veux participer activement à ce renouveau et poursuivre le travail amorcé. Il faut rendre notre secteur tellement intéressant et attirant, que les Trifluviens de tous les secteurs de la ville auront du plaisir à venir dans le bas du Cap et à y faire des emplettes. 
Il est grand temps qu'on accorde au secteur du bas du Cap-de-la-Madeleine la réelle importance qu'il devrait avoir. Ce secteur fait partie de notre histoire et de notre futur. 
Sachez qu'avec l'aide de partenaires du milieu, il est prévu de consulter la population du bas du Cap pour connaître leurs besoins et leurs désirs en termes de résidents et de consommateurs. 
Je termine en lançant quelques propositions de projets: pourquoi pas un marché public, un camping urbain ou un grand espace vert sur le site exceptionnel du Canadian Tire? 
Si on travaille ensemble, tout est possible!