Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Shawinigan mérite mieux

Article réservé aux abonnés
OPINION / L’auteure, Nancy Déziel, est directrice générale du Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) et conseillère du district de la Rivière à la Ville de Shawinigan.

Sans compter l’annonce du déménagement de Nemaska en faveur de la Société du parc Industriel du parc industriel de Bécancour, une société d’État, Shawinigan a vécu trois fermetures d’usines et des pertes de plus de 1500 emplois, seulement dans les dix dernières années.

Shawinigan s’est tenue debout, s’est retroussé les manches, s’est mobilisée, concertée, diversifiée, elle a investi toutes ses énergies et beaucoup d’argent pour stimuler l’entrepreneuriat et mieux soutenir son économie.

Après avoir connu, des difficultés en tentant d’attirer Rima et Ferro Atlántica, par l’entremise du Centre National en Électrochimie et en Technologie Environnementales (CNETE), Shawinigan a eu vent d’une jeune compagnie qui croyait aux procédés innovants et verts, Nemaska Lithium, à la recherche d’un site, d’une équipe économique et d’expertise pour l’épauler dans les diverses phases de son développement.

Avec enthousiasme, Shawinigan et ses citoyens y ont cru, certains y ont même investi les économies d’une vie, pour les perdre ensuite dans la restructuration.

Ces citoyens n’ont pas perdu seulement leurs économies, l’usine pleine échelle aussi.

Qu’a fait Shawinigan?

Elle a fait ce que le premier ministre François Legault propose dans son livre Cap sur un Québec gagnant: le projet Saint-Laurent.

Elle a pris une friche industrielle, l’a décontaminée et l’a convertie pour accueillir une usine électrochimique de transformation de lithium d’ultra haute pureté.

Son objectif: planter la pierre d’assise d’un futur complexe de matériaux batteries de haute technologie.

L’ampleur du site permettait l’usine de démonstration, l’usine pleine échelle et une expansion de 50 % pour recevoir des matériaux issus du recyclage.

Le procédé était propre, sans nuisances sonores et permettait de valoriser les sous-produits.

Le site était relié aux chemins de fer, dont un conduisait au port de Trois-Rivières.

L’usine de démonstration a fonctionné un an avec succès.

Elle était un modèle de développement durable non seulement par ses procédés novateurs, mais aussi par sa localisation de proximité avec la ville.

Ces facteurs énumérés, répétés à plusieurs reprises lors de la présentation du projet par Nemaska, font que plusieurs citoyens de Shawinigan se questionnent aujourd’hui sur les motifs réels du déménagement, certains pensent que cela fut un choix, une préférence, plutôt qu’une obligation pour le rendement.

Malgré cela, les gens sont pragmatiques et bien sûr qu’ils préfèrent voir l’usine en Mauricie plutôt qu’ailleurs!

On nous dit le regard mi-bienveillant, mi-malaise: «il y aura des retombées pour Shawinigan!».

Cependant, les citoyens, qui financent vaillamment la ville depuis la fermeture des trois usines dernières usines, doivent combler une perte annuelle de taxes de plus de 3,5 millions de dollars au budget depuis maintenant dix ans.

C’est là qu’en plus de la concrétisation du complexe industriel visualisé par Shawinigan avec fierté, l’entreprise avait un impact majeur sur les payeurs de taxes de la ville.

Les citoyens, qui ont été plus que patients, commencent à piaffer.

J’ai entendu monsieur Fitzgibbon dire lors d’une entrevue à l’émission Toujours le matin de Radio-Canada «qu’il va de soi de mettre maintenant les usines dans les grands parcs industriels».

Soit, si telle est la volonté du gouvernement. Il faudra tous s’asseoir à une table avec les régions et initier des changements législatifs sur une nouvelle fiscalité supramunicipale permettant un partage équitable des recettes de taxes issues du développement industriel afin que tous ressortent gagnants.

Il y aurait ainsi de l’équité pour les payeurs de taxes.

Je ne suis pas seule à le penser: plusieurs élus de la région m’ont confié qu’ils y réfléchissent aussi.

La situation actuelle, tant le déménagement de Nemaska que son impact fiscal, est une injustice flagrante pour les citoyens de Shawinigan.

Shawinigan aussi mérite mieux.