Saint-Mathieu-du-Parc n'est pas à vendre!

L'auteur, Pierre Bertrand, est candidat à la mairie de Saint-Mathieu-du-Parc.
Depuis que j'ai annoncé mon intention de solliciter le poste de maire lors des élections municipales de novembre prochain, plusieurs personnes m'interpellent pour connaitre ma vision concernant le développement de Saint-Mathieu-du-Parc. Beaucoup font allusion au triste épisode entourant le dossier du commerce de Mme Nathalie Simard et laissent planer le fait que les résidents de Saint-Mathieu-du-Parc ne veulent pas de développement et que je vais possiblement perdre mon temps si je suis élu maire en novembre prochain. Il n'y a pourtant rien de plus faux. Les Mathieusaintois et Mathieusaintoises sont pour le développement cohérent de leur municipalité. C'est très différent!
D'abord je retiens de l'épisode de Mme Simard, et on pourrait ajouter ici celui du dossier des frais supralocaux avec la Ville de Shawinigan, un manque flagrant de leadership dans ce dossier. Pour prendre des décisions délicates, il faut accepter qu'on ne puisse plaire à tous. Les règles doivent être claires, s'appliquer à tous et en toutes circonstances. Les investisseurs doivent savoir en quoi s'en tenir avant d'investir et non pendant ou après le démarrage de leurs projets. C'est une question élémentaire de planification et de rentabilité. Mais ils doivent aussi savoir que la Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc n'est pas à vendre et que sa situation financière lui permet de prendre le temps de faire des choix. Les siens!
Les résidents de Saint-Mathieu-du-Parc sont pour le développement de leur municipalité, mais pas n'importe lequel. Je dirais qu'ils sont, sans le formuler de cette façon, pour un développement de type LID (low impact development). À ce titre, ils sont franchement avant-gardistes. Ils veulent un développement qui ne viendra pas défigurer les paysages de Saint-Mathieu-du-Parc et détruire la trame communautaire existante, celle qui a permis, entre autres, de sauver l'école du village et de construire un magnifique gymnase. Ce n'est pas rien! Cette trame communautaire est une solide fondation pour Saint-Mathieu-du-Parc et assure que son futur sera bien ancré dans le respect de ses traditions.
Avec ses lacs, ses rivières et ses grands espaces forestiers, Saint-Mathieu-du-Parc constitue actuellement un paradis où il fait bon vivre dans la simplicité, la discrétion et loin des grands centres souvent sans âme. Il n'est donc pas étonnant que les villégiateurs d'hier deviennent les résidents permanents d'aujourd'hui, et que Saint-Mathieu-du-Parc soit en développement même si le coeur du village, tous en conviennent, a besoin de beaucoup d'amour! Une des priorités de Saint-Mathieu-du-Parc doit-être de revitaliser son village. On ne peut concevoir une municipalité sans coeur, et le village constitue ce coeur. Il faut en faire une priorité. Je m'y engage!
Harmoniser le développement de Saint-Mathieu-du-Parc et de son village avec les intentions de ses résidents est un défi concret auquel le prochain conseil municipal devra s'investir. Cet enjeu est crucial pour l'avenir de Saint-Mathieu-du-Parc. Pour ce faire les Mathieusaintois doivent avoir l'occasion d'exprimer le type de développement qu'ils jugent acceptable pour leur municipalité afin que leurs intentions soient connues de tous et traduites dans des politiques et des règlements. Il faut donc prévoir rapidement un exercice de consultation en début de mandat du prochain conseil municipal. Je m'y engage!
Un vent de renouveau souffle actuellement sur Saint-Mathieu-du-Parc et si les Mathieusaintois me font l'honneur de les représenter comme maire lors des élections municipales de novembre prochain j'ai l'intention d'y donner suite. J'entends mettre à profit les différentes expertises de nos résidents pour faire de Saint-Mathieu-du-Parc une municipalité participative, qui ne consulte pas ses citoyens qu'une fois tous les quatre ans! Un processus continu de consultation sera mis en place. Plusieurs municipalités ont déjà amorcé ce virage en améliorant les mécanismes de consultation, en intégrant les réseaux sociaux et en positionnant les relations avec les citoyens comme un axe stratégique prioritaire. Je m'y engage!