Rigueur ou austérité

Tout le monde a raison dans cette bataille de mots, ça dépend du point de vue.
Réduire les budgets de la santé; si vous avez les moyens d'aller dans une clinique privée où vous aurez un rendez-vous la journée même, vous appelez ça de la rigueur. Si vous êtes obligés d'aller attendre quinze heures à l'urgence, vous vivez l'austérité.
Couper le budget des garderies; si vous gagnez un salaire suffisant pour vous acheter une place dans une garderie privée qui va quand même vous revenir à bon prix après les déductions d'impôts, vous parlez de rigueur. Si vous avez un travail peu rémunéré ou pas de travail du tout, vous ne pouvez qu'espérer une place en garderie publique. Vous croisez les doigts et vous subissez l'austérité. Pareil dans une tempête de neige; si vous êtes en automobile, vous ne voyez pas que les trottoirs ne sont pas déblayés. C'est la rigueur administrative pour vous et l'austérité pour les piétons.
Si vous pouvez vous acheter des livres, vous ne comprenez pas l'importance de bien financer les bibliothèques publiques. Nos gouvernements nous divisent un peu plus toutes les semaines. Les plus riches à qui la rigueur fait miroiter des économies d'impôts et ceux qui sont condamnés à l'austérité. La fracture sociale, voilà l'effet le plus pervers de ce gouvernement.
Gilles Roux
Trois-Rivières