La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de Trois-Rivières reçoit des remontrances très sévères par un juge.

Rien n'a vraiment changé...

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de Trois-Rivières reçoit des remontrances très sévères par un juge.
À mon époque, dans les années 1970 et 1980, j'étais directeur général du Conseil régional de la Santé et des Services Sociaux pour la région 04, d'où l'abréviation de CRSSS-04.
On y regroupait 4 catégories d'établissements: 
- les hôpitaux ou centres hospitaliers; 
- les centres d'accueil pour personnes âgées; 
- les centres locaux de services communautaires ou CLSC; 
- le centre des services sociaux ou CSS. 
Quel jargon de fonctionnaires!
Les CLSC qui débutaient à cette époque voulaient se faire une place, ce qui était bien légitime. 
Mais il arrivait fréquemment que le CSS leur mette des bâtons dans les roues!
Devenu septuagénaire depuis, je réalise que ça n'a vraiment pas changé l'ego du CSS et je m'en suis rendu compte lors d'une soirée avec les «Aidants naturels», dont je suis devenu membre.
Une jeune femme se plaignait des difficultés qu'elle avait avec le CSS concernant un proche. Je me suis levé pour dire que le CSS ne s'était vraiment pas amélioré avec le temps!
Et les remontrances récentes du juge le confirment...
Pierre Duguay
Trois-Rivières