Québec doit soutenir les accorderies

Nous sommes L'Accorderie de Shawinigan, un pilier dans la lutte à l'isolement, à la pauvreté et à l'exclusion sociale. Nous sommes aussi un lieu de rencontres et d'apprentissages où se côtoient des gens de toutes classes sociales et au revenu familial très varié. Il y a dix accorderies au Québec et plusieurs autres sont en devenir. La plus vieille accorderie, celle de Québec, a fêté ses dix ans en 2013.
Nous sommes un réseau d'échanges de services dont la monnaie est le temps. Chaque fois que vous «vendez» un service, vous êtes payés en heures. Chaque fois que vous «achetez» un service, vous le payez à l'aide de vos heures. À Shawinigan, nous sommes près de 135 accordeurs. Au Québec, près de 2500.
Grâce au réseau des accorderies, des milliers de Québécois ont un accès privilégié à la culture, à l'éducation, à des services professionnels, à de l'entraide, à des activités sociales et à des ateliers de formation. Tout cela, sans débourser un sou. Des services essentiels, de l'enrichissement, mais aussi des petits luxes sont ainsi payés grâce à notre précieuse monnaie: notre temps.
Nous sommes un joueur essentiel dans l'économie du Québec. Nous sommes un filet social, un réseau d'entraide et, parfois, une planche de salut.
Pendant des années, nous avons été financés par plusieurs organisations, principalement La Fondation André et Lucie Chagnon et le Mouvement Desjardins. Bientôt, ces deux bailleurs de fonds se retireront. Et c'est bien normal. Ils ont fait plus que leur part. Mais qu'adviendra-t-il des accorderies? Qu'adviendra-t-il des salariés qui les dirigent? Qu'adviendra-t-il des accordeurs qui comptent sur nous?
C'est pourquoi le réseau des accorderies se mobilise et demande au gouvernement du Québec qu'il reconnaisse et finance, dans le budget 2014-2015, les accorderies et leur réseau à titre d'acteurs incontournables de la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale.
Une accorderie est toujours développée par un organisme communautaire bien ancré dans son milieu qui connaît la réalité de ses citoyens. À Shawinigan, c'est le Centre Roland-Bertrand qui fut porteur du projet et qui nous héberge et nous appuie. Mais il est maintenant temps pour nous de voler de nos propres ailes et de continuer notre mission sociale.
Nous vous interpellons pour faire passer notre message. Faites en sorte que le gouvernement du Québec soit cohérent avec son discours d'appui à l'innovation sociale ainsi qu'aux organismes et aux entreprises d'économie sociale qui oeuvrent auprès des personnes et des familles.
Pour ce faire, vous pouvez vous adresser au ministre des Finances et de l'Économie du Québec, Nicolas Marceau, au ac.cq.vuog.qefm@ertsinim.
Pour en savoir plus sur les accorderies, ou pour vous inscrire, visitez le www.accorderie.ca.
Merci!
Geneviève Ricard
Animatrice à la vie associative Accorderie de Shawinigan