Marie-Claude Camirand

Quand le jupon dépasse

J'ai un peu suivi la saga autour du courriel que Marie-Claude Camirand a envoyé au candidat à la mairie André Bertrand, lui demandant de se rallier à Jean-François Aubin. Chercher à rallier un candidat dans un but commun, quitte à ce qu'il se désiste, n'a quant à moi rien de répréhensible. C'est de la politique après tout.
Ce qui est plus suspect, cependant, c'est l'empressement de monsieur Bertrand à communiquer la chose à son soi-disant adversaire, Yves Lévesque. Là, le jupon commence à dépasser. 
Et la surprenante et tardive candidature de monsieur Bertrand prend de plus en plus les allures d'une manoeuvre du camp Lévesque pour diviser le vote des mécontents en vue d'assurer la réélection de celui-ci. 
En 2013, on s'en souviendra, Yves Lévesque avait été réélu sans avoir obtenu la majorité absolue des voix suite à la candidature peu attendue de Catherine Dufresne.
On dirait bien que l'histoire se répète. Il ne faudrait peut-être pas sous-estimer l'intelligence des citoyens de Trois-Rivières.
Gilles Leycuras
Trois-Rivières