Barcelone a été la cible des terroristes s'identifiant au groupe armé État islamique. Il y a de ces événements qui nous démontrent que tout ne tourne pas rond sur la scène nationale ou internationale. Heureusement, selon l'auteur de cette lettre, sur le plan régional il y a des nouvelles plus réjouissantes.

Quand ça va bien, quand ça va moins bien...

Le groupe armé État islamique frappe à nouveau et s'attaque au monde entier dans une ville où les touristes affluent de partout.
Ici, le premier ministre Couillard gère au jour le jour le problème d'éthique de son parti. Il nous présente un nouveau candidat pour remplacer son ami Sam, qui encore une fois sème le doute, mais c'est un autre candidat pour le secteur économique... alors aucun problème. Pas de problème non plus du fait que le français régresse et que la loi 101 est encore une fois attaquée. 
À Québec, le maire Labeaume est heureux ou soulagé peut-être. Sa promesse faite aux musulmans, dans un excès d'émotion suite à l'incident à la mosquée de Québec, qu'ils auraient leur propre cimetière se réalisera. C'est parfait, les musulmans ne pouvant être enterrés avec des infidèles et des mécréants. À Montréal, ville ouverte, l'inimitable Denis Coderre, qui veut soustraire sa ville à la loi 62 sur la neutralité religieuse et les accommodements, joue au premier ministre du Canada (pendant que ce dernier joue l'homme invisible, tout en se prélassant sur la planète qu'il sauvera) et ouvre les portes du Stade olympique en déclarant Montréal «ville sanctuaire» pour accueillir à bras ouverts ceux qu'on ne sait plus comment désigner: réfugiés? migrants? demandeurs d'asile? tricheurs? etc. Vous avez l'embarras du choix; il y en a de tout acabit. Lui, il l'a l'affaire pour «gérer la crise ou peut-être l'invasion» pour citer Lise Ravary. Celle-ci ajoute d'ailleurs: «Peut-on être troublé sans être traité de xénophobe, raciste, intolérant par les bien-pensants gauchistes/mondialistes?»
C'est tout de même aberrant de voir nos frontières ainsi violées alors que nos gens connaissent toutes sortes de problèmes dans les aéroports. Mais, le vrai racisme existe dans cette belle métropole. Cependant, on tient ça mort car ce ne sont pas les petits blancs francophones qui sont impliqués et brisent la paix dans la ville. Ce sont les communautés culturelles entre elles. En effet, la police antiémeute est intervenue, récemment à Laval, à la suite d'affrontements entre jeunes d'origine algérienne et marocaine lors du Festival marocain, qui devait permettre aux «Québécois d'origine marocaine de partager leur culture avec l'ensemble de la société». Selon la présidente du festival, ces jeunes s'affrontent à tous les festivals. On parle ici de 200 jeunes. Mais comme ce sont des minorités culturelles qui se sont tapés dessus, c'est considéré comme un simple fait divers, sans plus. Va-t-on en parler lors de la Commission bidon de Philippe Couillard sur le racisme au Québec dont le but réel est de dépeindre les Québécois comme des racistes en plus de se faire du capital politique? On peut en douter.
Sur une note plus joyeuse, on peut dire qu'en Mauricie, ça va bien. Trois-Rivières accueillait récemment des milliers de visiteurs pour un super Grand Prix qui a comblé les attentes de tous. À Shawinigan, dans le secteur Sainte-Flore, c'était la fête. Nous avons accueilli douze mille personnes pour la 15e édition du Rendez-vous des peintres, qui s'est avéré une grandiose fête de la culture avec en plus de peintres et sculpteurs, on y trouvait du chant, de la danse, de la poésie, des ateliers, même pour enfants, et beaucoup de musique sur les différents sites. On a pu assister à une grande messe chantée par Mme Marielle Fortier Landry et son fils Pierre-Marc dans l'église du village remplie à capacité. Dans cette même église, samedi et dimanche, les gens qui venaient admirer les oeuvres des artistes avaient droit à un concert d'orgue et de harpe. Encore ici, les attentes du comité organisateur furent comblées avec une température des plus favorables. Tous les artistes et bénévoles qui étaient aussi nombreux ne peuvent que se réjouir de ce succès.  
Malheureusement, ça ne va pas bien partout mais gardons la foi et j'invite nos politiciens à réfléchir à cette citation de Gandhi: «Une loi doit avant tout être une loi juste. La politique moderne fait de la loi un fétiche simplement parce que c'est la loi».  
Gaston Bouffard
Shawinigan