Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le projet de Train à grande fréquence soulève encore plusieurs questions.
Le projet de Train à grande fréquence soulève encore plusieurs questions.

P’tit train, va pas trop vite...

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / Il semble bien que le projet de train dit «à grande fréquence» (TGF) représentera un enjeu majeur lors des prochaines élections fédérales à Trois-Rivières. 

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, pousse le gouvernement à s’engager là-dessus lors du prochain budget. Le maire Jean Lamarche a pris le relais des mains de son prédécesseur afin de poursuivre fidèlement la promotion de ce dossier. Yves Lévesque, devenu un ardent conservateur, vient de confirmer que le TGF sera le dossier prioritaire de son programme comme candidat aux prochaines élections. Et, de leur côté, les libéraux y vont aussi à «fond d’train» pour tasser le Bloc et devenir majoritaires.

L’économie d’énergie, la diminution des gaz à effet de serre, le transport collectif, c’est dans l’air du temps... Fort bien, et je serais heureux qu’il y ait un train passant par ma ville, amenant une option de transport additionnelle. Déjà, lors de mes études universitaires à Montréal, je prenais le train, à très petite fréquence à l’époque, semaine après semaine. Mais depuis que la Chambre de commerce, il y a des lunes, a insisté pour ramener le train passager à Trois-Rivières, il a coulé beaucoup d’eau sous les ponceaux et les temps ont bien changé.

Réfléchissons ensemble et posons-nous la question à savoir si ce projet est encore pertinent. D’abord, on voit la vente de voitures électriques s’implanter progressivement, et cette tendance s’imposera de plus en plus au cours des prochaines années. Ce qui veut dire qu’il en coûtera entre 6 et 8 dollars en énergie pour un aller-retour Trois-Rivières/Montréal. Ajoutons les effets de la pandémie qui ont amené une forte croissance du télétravail. Ce qui signifie, avec l’offre étendue de la fibre optique, qu’il sera de moins en moins nécessaire de se déplacer d’une ville à l’autre pour régler des affaires avec des interlocuteurs se trouvant à distance.

Dans ce contexte, comment ne pas s’interroger sur le sérieux de tous ces politiciens qui ne semblent pas voir ce qui s’en vient et qui cherchent simplement à exciter l’imagination des électeurs avec des gros projets. Lequel parmi eux nous dit combien ça va coûter? On parle vaguement de 4 ou 5 milliards comme si cet argent sortait de terre comme les pissenlits au printemps. Je crois que ça coûtera bien davantage, car il faudrait sans doute construire une nouvelle voie distincte de l’actuelle, vouée au transport commercial.

Lorsqu’on parle de grande fréquence, cela veut dire que ce train passerait ici combien de fois par jour? Quatre fois? Cinq fois? Et combien de passagers ces «visionnaires» pensent-ils voir monter ou descendre du train à chacun de ses arrêts? Un autre «détail» sans doute pour eux: quel sera le coût du billet aller-retour pour Montréal ou Québec? 75, 80, 100$??? Est-ce que les coûts reliés au transport par TGF seront compétitifs par rapport à l’utilisation d’autres moyens?

Si on va à Montréal par exemple, ce sera probablement pour aller magasiner ou aller voir un spectacle. Auxquels cas, où laisser les paquets durant la journée? Comment revenir aisément avec un tas de paquets en taxi et puis dans le train? S’il s’agit d’un spectacle, faudra-t-il quitter avant la fin pour ne pas rater l’heure de départ? Est-ce que le TGF va attendre la fin de la prolongation d’un match au Centre Bell pour que nous arrivions à la gare à temps?

J’imagine que toutes ces questions bien terre à terre paraissent sans doute superflues pour les promoteurs et n’exigent surtout ni réflexion, ni prévisions, ni réponses de leur part. L’essentiel étant de dire ce que les gens veulent entendre et de faire en sorte que, malgré l’endettement colossal de nos gouvernements, ils puissent annoncer qu’ils vont dépenser sans compter, tout ça pour avoir des votes...

Guy Godin
Trois-Rivières