Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Pourquoi les 75 ans et plus?

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / L’auteure, Marie-Claude Bibeau, est députée de Compton-Stanstead à la Chambre des communes. Elle est également ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada.

Depuis 2015, notre gouvernement, celui de Justin Trudeau, est engagé à réduire la pauvreté au Canada. L’Allocation canadienne pour enfants en est le plus bel exemple. En bonifiant et en redistribuant les diverses allocations et crédits d’impôt aux familles de façon inversement proportionnelle à leurs revenus, nous avons sorti 435 000 enfants de la pauvreté depuis 2015.

Avec le budget 2021, en augmentant de 10 % la Sécurité de la vieillesse à compter de 75 ans, c’est 3,3 millions d’aînés qui verront leur sécurité financière améliorée, dont 60 700 qui ne vivront plus sous le seuil de la pauvreté.

Pourquoi à partir de 75 ans seulement? Parce que, contrairement à la suggestion du Bloc québécois, on a choisi de donner plus aux aînés les plus vulnérables financièrement, plutôt que de donner moins à un plus grand nombre. De façon générale, plus on vieillit, moins on a la capacité de travailler, moins on a d’économies, plus on a besoin de services et de soins, et plus nombreux on est à avoir perdu notre conjoint et, avec lui ou elle, une partie de sa participation financière. Notre décision a été réfléchie.

Ainsi, toutes les personnes bénéficiaires de la Sécurité de la vieillesse qui auront atteint l’âge de 75 ans au 30 juin 2022 recevront 500 $ en août 2021 et une augmentation permanente de 10 % à compter de juillet 2022. Cela représentera environ 766 $ de plus pour ceux qui reçoivent le plein montant.

Cela s’ajoute à d’autres mesures qui ont amélioré la situation financière des aînés depuis 2015.

Notre gouvernement a renversé la décision des Conservateurs d’augmenter l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti à 67 ans pour le maintenir à 65 ans. Nous avons bonifié le Régime de pensions du Canada pour les futurs retraités; un changement qui s’est reflété dans le Régime de pensions du Québec. Nous avons augmenté le Supplément de revenu garanti (SRG) pour les aînés vivant seuls et permis aux aînés de gagner 5000 $ sans impact sur leurs prestations du SRG.

D’autres mesures, non exclusives aux aînés, leur ont aussi été bénéfiques dont l’augmentation du montant personnel de base qui, une fois pleinement mis en œuvre en 2023, profitera à 4,3 millions d’aînés, dont 465 000 pour qui l’impôt fédéral sur le revenu sera réduit à zéro.

À tout cela s’ajoutent les mesures d’urgence associées à la COVID-19. À l’été 2020, tous les aînés inscrits à la Sécurité de la vieillesse ont touché 300 $ de plus, et ceux qui sont admissibles au Supplément de revenu garanti ont reçu un montant additionnel de 200 $. De plus, les personnes admissibles aux remboursements de TPS ont reçu un versement additionnel qui représente en moyenne 375 $ pour un aîné vivant seul ou 510 $ pour un couple.

Je vous assure que nos décisions ne sont pas prises à la légère et qu’elles sont basées sur des données probantes. Nous avons à cœur d’aider les personnes qui en ont le plus besoin tout en protégeant notre environnement et en gardant le contrôle sur les finances publiques.