Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’auteur-compositeur David Goudreault
L’auteur-compositeur David Goudreault

Pour une suite à la Lettre aux petits gars de David Goudreault

Louis-Étienne Vigneault-Cadrin
Louis-Étienne Vigneault-Cadrin
Président de l’organisme Trajectoires-Hommes du KRTB
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Si vous n’avez pas vu la performance touchante de l’auteur-compositeur David Goudreault (1) le 14 avril, je vous conseille de prendre un deux minutes et de la regarder. Loin de moi l’idée d’avoir du talent en écriture comme lui, je désire comme lui porter un message de changement face à la vague de violence des derniers mois.

Aujourd’hui, je prends parole pour dénoncer la violence faite aux femmes. Je me permets d’émettre mon opinion sur ce sujet, car je me sens trop interpellé pour ne pas l’exprimer!

Je le fais pour susciter le changement et pour dire qu’en tant qu’homme, je trouve la situation choquante et inacceptable. Je m’inquiète pour toutes les femmes: nos mères, nos filles, nos sœurs, conjointe, amies, voisines, collègues de travail qui risquent de vivre toutes formes de violence… C’est assez, cette situation est intolérable et on ne doit juste plus l’accepter!

Tout le monde est à risque d’être hypersouffrant, d’avoir vraiment mal en dedans. Par contre, ça ne permet pas d’avoir des gestes de violence face aux autres que tu aimes! Je crois même que d’être tough, c’est plutôt d’apprendre à tolérer ce qui est douloureux.

Je sais que parfois ça peut être long et extrêmement difficile. Cependant, il peut y avoir des moyens: tu peux appeler ou voir un chum, on peut sortir dehors, on peut texter, on peut se défouler dans un entraînement, on peut marcher, on peut vivre l’émotion, on peut respirer, écouter de la musique, écrire, contacter une ressource... Parfois, il faut juste tolérer le malaise. C’est après cette tempête que tu vas prendre du mieux, que tu seras fier de toi, comme tes proches le seront.

Comme dirait Dominic Paquet, humoriste, «vous comprenez, on le fait!» (2)

Quand t’es pu capable de te mettre un peu à la place de l’autre. Quand tu te retrouves tout seul, pis tu te dis «Ouain, je pense que j’y suis allé fort un peu…» Quand tu justifies tes gestes à cause du comportement de l’autre personne. Y faut allumer, et c’est quelque chose qu’on ne peut pas mettre en dessous du tapis! Eh oui, il y a de la violence au Québec! Nous sommes tous et toutes à risque d’avoir des comportements violents, ce n’est pas juste dans les médias que ça se passe! C’est peut-être plus proche que tu le penses. Est-ce que j’ai des comportements violents? C’est plus facile de pointer les autres au lieu de se regarder soi-même. Quand tu as pris conscience de cette situation, il est toujours possible de faire quelque chose, de ne pas répéter, de changer et même de recevoir de l’aide. Eh oui, de l’aide!

On le fait!

Ça doit partir du début, de l’éducation de nos enfants, de nos jeunes. Je souhaite qu’on continue et qu’on mette encore plus d’accent sur l’importance d’avoir des relations égalitaires, sans jugement face à l’autre et sans discrimination. Que l’on apprenne à développer notre empathie et à être attentif à ce que les autres peuvent vivre autour d’eux. Avoir le droit de nommer ce qu’on vit comme émotion, que la colère soit vue comme normale, mais que la violence ne soit pas une solution! De savoir que nous avons le droit d’avoir de la peine, qu’il est même possible que l’on puisse pleurer et encore plus, demander de l’aide!

On le fait!

Je suis inquiet, triste et actuellement honteux d’être un homme… On s’excuse pour l’horreur meurtrière des quatre derniers mois, de la violence physique, des commentaires blessants, du contrôle, des agressions sexuelles, des gestes de violence souvent cachés mais aussi connus. On se doit de prendre conscience de la situation et de faire des changements. On peut faire mieux et on se doit de faire mieux! On se relève et on marche tout le monde ensemble pour éviter que ça se passe encore et toujours. On n’accepte plus!

On le fait!

Depuis plusieurs semaines, je n’attends pas juste le vaccin contre la COVID-19. Je souhaite aussi une «immunoréflexion» ou une «immunoconscience» du problème. Je souhaite une mégainjection de rapports égalitaires et non violents. On est en surdose de ce venin, et ce, depuis des années. Ça suffit! Je m’engage à intervenir, si j’observe toute forme de violence, à trouver des moyens pour gérer ma colère sans violence. En souhaitant que ça puisse faire une différence afin d’arrêter cette autre pandémie.

Je le fais.

On le fait… Tous ensemble!

J’invite les hommes et les femmes à continuer dans la même veine, en vous exprimant soit par texte, vidéo, par les médias traditionnels et sociaux afin de permettre de continuer à briser le cycle de violence.

(1) Extrait de l’émission Bonsoir Bonsoir du 14 avril 2021, à ICI Radio-Canada.  
(2) Extrait du monologue Costco, c’est une idée de cave.