Pour une meilleure qualité de vie à la retraite

La fenêtre que nous croyions grande ouverte afin de favoriser une qualité de vie adéquate à la retraite semble se rétrécir petit à petit au Québec.
Permettez-moi d'abord de déplorer la formule de consultation à laquelle le Réseau FADOQ a pris part récemment. En effet qu'un processus de réévaluation de la Régie des rentes du Québec se voie accorder quatre jours de délibération pour des enjeux aussi fondamentaux que la bonification des rentes du Québec, l'équité intergénérationnelle et la pérennité du régime, c'est inconcevable et inadéquat! Alors que l'ouverture du dossier aura pris 50 ans, je suis particulièrement inquiète que les manquements au processus démocratique coûtent très cher à la population du Québec à plus long terme.
Le gouvernement avait la chance, lors de ces consultations, de faire preuve de vision, d'aller bien au-delà des considérations électorales ou strictement actuarielles pour réfléchir aux assises de la société de demain. Alors que l'issue de la proposition canadienne de la bonification du Régime des pensions du Canada est décevante, le scénario Québec est encore moins avantageux. Comment pouvons-nous, aujourd'hui, justifier que les retraités du Québec seraient les parents pauvres du Canada? À ce titre, nous sommes tous particulièrement étonnés que le gouvernement québécois de 2017 pousse le Québec vers une position tristement distincte, alors que le gouvernement de 2013 se ralliait, lui, à une position de bonification et de nivellement par le haut dans le cadre des négociations avec la fédération.
La Mauricie ne fait pas exception en ce qui concerne le vieillissement de la population et l'augmentation considérable du coût de la vie depuis plusieurs années. De nombreuses personnes reviennent s'établir dans notre région, car les coûts de la vie sont moindres que dans les grands centres du Québec. Malgré tout, la population de la Mauricie sera directement touchée par les prochaines décisions du gouvernement du Québec.
C'est pourquoi la FADOQ-Région Mauricie prend fermement position en faveur du scénario que proposent les provinces canadiennes. En proposant aux Québécois des prestations inférieures d'au minimum 12 %, le gouvernement affirme haut et fort qu'il ne reconnaît pas une valeur équivalente au travail de ses contribuables. Nous sommes passés à côté d'une chance unique de faire bénéficier les Québécois d'une retraite décente. Rappelons-nous que le Québec vit une situation démographique particulière: à partir de 2031, la proportion de 65 ans et plus dépassera 25 %.
À mon sens, il s'agit d'un manque de confiance envers la créativité et la volonté de notre société. Le défi exige des solutions novatrices qui feraient du Québec un leader dans l'adaptation de la société au vieillissement. La bonification des régimes de retraite est une façon d'assurer le maintien de la vitalité économique du Québec et du pouvoir d'achat des retraités de la classe moyenne.
Comment pouvons-nous stimuler notre économie si un quart de notre population est pauvre? Cette réflexion est intergénérationnelle, car appauvrir les aînés d'aujourd'hui, c'est appauvrir les générations de demain.
Ginette Lapointe
Directrice générale
FADOQ-Région Mauricie