L’auteur de ce texte remet en perspective certains arguments avancés par les opposants au registre québécois des armes à feu.

Passionnés du respect de la vie, unissons-nous!

L’auteur, Serge St-Arneault, est originaire de La Tuque. Il est le frère d’Annie, une des victimes de la tuerie de Polytechnique.

L’enjeu sur le contrôle des armes à feu au Québec n’est pas de ruiner la passion que partagent les chasseurs pour leur sport. Le véritable enjeu est de protéger des vies humaines. Or, la stratégie des adversaires au registre des armes est d’opposer les milieux urbains contre les zones rurales en prétendant que les grandes villes veulent imposer leurs valeurs aux campagnes où vivent la majorité des chasseurs.

Cette stratégie a très bien réussi aux États-Unis où les électeurs des grandes villes américaines votent majoritairement pour les démocrates alors que les électeurs des zones ou des États ruraux votent pour les républicains qui sont massivement soutenus par la National Rifle Association (NRA). Opposer les régions contre Montréal nous mène à une fracturation sociale dont nous n’avons pas besoin.

L’émotivité

Posséder une arme à feu au Canada est un privilège. Ainsi en est-il pour les automobilistes. Puisque toutes les voitures ont une plaque d’immatriculation, pourquoi en serait-il autrement pour une arme à feu? Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de sécurité publique. «Je suis un chasseur, de dire le maire Pierre-David Tremblay de La Tuque. La loi ne me brime pas. Ça prend 20 minutes pour enregistrer mes armes, ça ne coûte rien. J’ai inscrit mes armes.»

Martin Francoeur du journal Le Nouvelliste résume très bien la situation en disant que «Le registre des armes à feu sert à réduire les risques de tragédies comme celle de la mosquée de Québec, de Polytechnique, de Dawson. Ce n’est pas vrai qu’il faut réduire le débat à des phrases creuses comme celles qu’on entend chez nos voisins du sud: «le problème n’est pas l’arme à feu, mais la personne qui la manipule». Ce n’est pas vrai qu’il s’agit d’un débat exclusivement émotif. Ce n’est pas vrai, non plus, que c’est un débat entre la métropole et les régions.

Il est établi que les procédures d’enregistrement et les systèmes de permis ont un impact direct sur la circulation (et l’usage) des armes à feu. Il faut aussi rappeler aux élus qui viennent de se réveiller que le registre a reçu l’appui des instances policières, de l’Institut national de santé publique du Québec et d’une large proportion de la population québécoise (dans toutes les régions), selon un sondage (Léger) dévoilé par PolySeSouvient.»

Responsabilisation commune

Les lois ont pour ultime but de favoriser l’épanouissement et la protection du citoyen. À cet égard, il n’y a pas de différence entre les milieux urbains et ruraux, et il n’y a donc aucune raison pour ne pas unir nos forces en faveur d’une société responsable où les propriétaires d’armes, aussi bien dans les centres urbains qu’en régions, s’engagent à entreposer, enregistrer et manipuler de façon sécuritaire leurs armes dans le but premier de protéger les vies. Des irritants, il y en aura toujours, tout comme c’est le cas pour les règlements de conduite sur les routes.

Contrairement à la pensée de certains groupes d’amateurs d’armes, cette loi n’associe pas les honnêtes propriétaires d’armes avec les criminels, tout comme l’enregistrement des voitures ne cible pas les conducteurs consciencieux.

Les adeptes de la chasse sportive font déjà beaucoup d’efforts pour se conformer aux lois en vigueur. Ils ont notre admiration. Cette responsabilisation doit s’étendre à toutes les nations amérindiennes qui peuvent, en accord avec leur mode de vie, se doter de moyens efficaces pour régulariser le maniement et l’utilisation d’armes à feu au sein de leur communauté. Après tout, le registre fédéral qui était en vigueur pendant une douzaine d’années s’appliquait aussi auprès de ces communautés.

Investissement en santé mentale

Par ailleurs, d’où vient la soudaine passion du mouvement «Tous contre un registre des armes» (TCRQ) en faveur de plus d’investissements en santé mentale? Où sont tous ces gens lorsque les intervenants en santé mentale critiquent, budget après budget, le manque de financement adéquat? Ce n’est que dans le cadre de leur opposition au registre qu’ils se préoccupent de cet enjeu, et jamais en collaboration avec les experts et associations pour la santé mentale.

Selon un collectif en prévention du suicide et santé mentale, les propriétaires d’armes sont des acteurs importants du fait que l’enregistrement de leurs armes est une façon d’agir pour prévenir le suicide. Bien que des voix s’élèvent actuellement contre le registre des armes à feu et réclament que les sommes qui lui sont investies soient plutôt consacrées à la santé mentale, les études démontrent que la présence d’une arme dans la maison est un facteur de risque beaucoup plus élevé que les troubles mentaux. En fait, elle multiplie par cinq les risques de suicide.

Mieux encore, une nouvelle étude de l’Université du Texas rendue publique la semaine dernière conclut que «la majorité des symptômes en santé mentale ne sont pas liés aux armes à feu. […] C’est plutôt l’accès à ces armes qui est la principale cause de violence mortelle. Ces recherches auront dorénavant une implication importante sur les efforts déployés pour un contrôle des armes (aux États-Unis).»

Une question de valeurs

Enfin, selon le chroniqueur Michel David du journal Le Devoir, «D’une certaine façon, le registre, créé au départ à la suite des pressions des survivantes et des familles des victimes de 1989, fait maintenant partie de l’identité québécoise et reflète nos valeurs. […] Même si les modalités d’enregistrement sont très simples et qu’il n’y a aucuns frais, bon nombre de chasseurs et d’agriculteurs voient dans le registre une attaque contre leurs propres valeurs et ne voient pas en quoi ils représentent la menace que celui-ci prétend éliminer. Plus qu’une simple incompréhension, il semble y avoir un conflit entre les valeurs de la majorité et celles d’une minorité.»

Pourtant, n’avons-nous pas en commun le désir de protéger des vies? Ne sommes-nous pas tous, chasseurs ou non, des gens responsables et respectueux des lois? C’est sur cette base d’intérêts collectifs que nous formerons véritablement une «société distincte».