De moi à vous: vous avez bafoué tout ce que vous revendiquez chez vous: le Share the Road, le couloir sécuritaire de 1 mètre, la protection contre l'emportiérage, la vigilance lors des virages à droite, l'arrêt obligatoire, la priorité aux piétons dans les traverses clairement identifiées, la distance sécuritaire, bref, les protocoles de sécurité les plus élémentaires.

Pas fier de nos cyclistes!

Pas fier. Non, je n'étais pas fier de mes compatriotes cyclistes ce samedi 10 h 30 au centre-ville d'Ogunquit.
Je suis cycliste. De moi à vous: vous avez bafoué tout ce que vous revendiquez chez vous: le Share the Road, le couloir sécuritaire de 1 mètre, la protection contre l'emportiérage, la vigilance lors des virages à droite, l'arrêt obligatoire, la priorité aux piétons dans les traverses clairement identifiées, la distance sécuritaire, bref, les protocoles de sécurité les plus élémentaires.
Votre peloton d'environ 20 cyclistes (vous vous reconnaîtrez les jerseys Archibald, Youville, Desjardins?) a fait sensation à ce dangereux carrefour, où vous avez allégrement joué du finger, longé une très longue file de véhicules plutôt que de l'intégrer comme il se doit, joué du coude envers les piétons sur ce trottoir achalandé, coupé d'autres piétons traversant la rue, roulé le stop, débordé les véhicules tournant à droite, et tout ce qui ne se fait pas.
Il était où le leader, celui de qui aurait dû émaner la signalisation, les consignes, le comportement sécuritaire?
Non, pas fier. Honte à vous qui exportez votre grossière attitude. 
D'un cycliste pas fier.
Louis Rivard
Trois-Rivières