Pas d’acceptabilité sociale

OPINIONS / Au sujet du projet de gazoduc Ontario-Saguenay, voici une petite note aux caquistes qui disent «n’avoir pas d’emprise» sur le fédéral.

Non, je n’y crois pas. Le fédéral n’est pas tout seul à décider! Il y a la population. Et il n’y a pas et n’y aura jamais d’acceptabilité sociale.

C’est au gouvernement de la CAQ de mettre les poings sur la table. Ce projet de gazoduc est un gâchis annoncé, tant pour l’impact des gaz à effet de serre que pour les espèces marines et l’industrie du tourisme de la région.

Et le Québec qui n’atteindra pas ses cibles en réduction de GES? C’est à la CAQ de faire cesser ce massacre environnemental, qui ne profite «dans le vague» qu’à une poignée d’industriels «soutenus» par la «clique à Trudeau».

Les Québécois ont besoin d’un gouvernement (provincial) qui écoute les scientifiques pour freiner une dangereuse dégradation de nos écosystèmes fragiles et complexes.

Ce projet est aussi idiot que celui d’Énergie Est – plus au Nord et plus dommageable pour les pertes de banquises et leurs effets irréversibles sur tout le territoire du Québec.

Chers caquistes, ne me dites pas que «nous avons très peu d’emprise à ce niveau». Ça sonne comme «ça fait l’affaire de Legault et sa propre clique d’industriels et de gazières».

Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott

Mais quand donc allons-nous arrêter de tout briser et ignorer les effets dommageables à long terme, pour les générations futures, nos enfants et nos petits-enfants?

Réveillez-vous, la CAQ! Vous commencez à manquer de sérieux et de crédibilité concernant l’urgence de sauvegarder nos territoires, nos terres, nos eaux et notre faune!

Jacques Lambert

Saint-Barnabé

Un putsch déguisé

Qu’on aime ou non Justin Trudeau, nous devons réaliser qu’il est victime d’une tentative de coup d’État visant à l’évincer de sa fonction de premier ministre pour le remplacer probablement par Jane Philpott ou Jody Wilson-Raybould. Ces deux femmes prétendent avoir des principes, mais ne soyons pas naïfs. Mis à part des monuments comme Mandela ou Obama, rares sont les politiciens qui ont des principes. Ils n’ont que des intérêts.

Il faut toutefois reconnaître que ces élans vertueux et bien programmés ont mis en lumière la nécessaire et indispensable indépendance judiciaire, un ingrédient essentiel à notre démocratie. C’est le seul aspect positif. Quant au fond de la question, je souhaite comme le Bloc québécois que SNC-Lavalin obtienne une entente de réparation ainsi que le prévoit la loi.

Serge Gagnon

Louiseville